Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

En l'espace de deux ans, La Ligne rouge a rapidement su convaincre gourmets et gourmands.

À Saint-Gilles, la passion du vrai pain à l'ancienne et l'authenticité du métier de boulanger sont à l'affiche avec les bonnes recettes de cette nouvelle adresse, loin des pâtes standardisées et des cuissons stéréotypées.

On a beau le suivre depuis des années, on est à chaque fois bluffé par la virtuosité du dessin, la prouesse technique, le soin apporté à la finition.

Ce n'est pas une énième foire d'art contemporain que le Grand Palais accueille ce mois-ci, mais un salon dédié aux métiers d'art.

Depuis plus de trente ans, Louis Benech dessine, plante, compose les jardins des grandes fortunes et autres esthètes privilégiés à travers le monde.

"Je vais souvent voir ses expositions, car j'aime sa sélection qui flirte entre arts plastiques et arts décoratifs.

"Je connais Louis-Albert de Broglie, alias Le Prince Jardinier, depuis toujours. Je l'adore.

"J'y vais le dimanche avec mon ami Alexandre Zouari. On flâne d'allée en allée, avant de déjeuner à Ma cocotte ou au bistrot de l'entrée. Dernièrement, j'y ai acheté un très joli lustre.

"Aller chez ce fleuriste est une tradition familiale. Ma mère y allait, ma tante Françoise qui avait épousé Jean d'Ormesson y allait, j'ai toujours entendu parler de Moulié et, à mon tour, je considère qu'il a les plus belles fleurs de Paris.

"C'est un créateur japonais qui ne fait pas parler de lui, mais qui a un succès fou depuis des années.