A+ A A-

Dürer, Rembrandt, van Eyck, Ingres, l'exposition explore la tradition de la peinture en noir et blanc à travers 700 ans d'histoire de l'art depuis ses origines au Moyen Âge jusqu'à la Renaissance (…)

Représentations picturales de ses proches ou de modèles anonymes, autoportraits sombres, Paul Cézanne a décliné en filigrane de ses paysages et de ses natures mortes pas moins de 200 portraits hiératiques présentés la plupart du temps de face et empreints d'une sensibilité romantique.

L'expérience de l'exil d'outre-Manche exerça une influence considérable sur l'art français. À travers des œuvres de Claude Monet, James Tissot, Camille Pissarro et de leurs compatriotes artistiques, Impressionists in London retrace la merveilleuse histoire de ces personnalités artistiques françaises contrastées qui, en 1870, se sont réfugiées au Royaume-Uni pour échapper à la guerre en France : laquelle se soldera par la défaite française face à la Prusse.

Le nu féminin, sujet de prédilection de Modigliani avec le portrait à l'asymétrie subtile, occupe les devants de la scène dans cette rétrospective qui opère une relecture de la position novatrice de l'artiste.

L'exposition collective entre la Wallace Collection et le Bowes Museum célèbre le partenariat entre ces deux musées. À l'instar de la Wallace Collection, le Bowes Museum est né d'une passion familiale de collectionner des œuvres d'art historiques.

Acquis en 1842 par la National Gallery de Londres, le célèbre Portrait des époux Arnolfinide Jan van Eyck est sans doute l'un des plus anciens portraits non hagiographiques de l'art occidental conservés.

De prime abord, ces deux artistes illustres du XXe siècle ne pourraient être plus dissemblables. Pourtant, il en fut tout autrement.

Voilà une occasion rare de découvrir des peintures, pastels et dessins peu montrés de l'impressionniste français :

Entre 1960 et son décès en 1988, Jean-Michel Basquiat, l'artiste aux racines portoricaines et haïtiennes, fait vibrer le tout-New York avec ses toiles.

Connue pour ses résines et ses sculptures de plâtre ainsi que pour ses interventions au cours desquelles elle explore l'architecture, les souvenirs et l'absence, Rachel Whiteread, sculpteur de premier plan en Grande-Bretagne, s'est taillé une reconnaissance internationale dans les années 1990 avec une conceptualisation d'œuvres monumentales axées sur la mémoire que l'homme entretient avec les objets et l'espace.

Page 1 sur 2