Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 778
A+ A A-

Wignac : à tomber dans les pommes !

  • Rédigé par
1 avis
Wignac : à tomber dans les pommes ! © Wignac

Eventail.be referme aujourd'hui son dossier « jeunes brasseurs » (pour mieux le rouvrir plus tard ?) en trichant un petit peu. Aujourd'hui, on vous présente une alternative qualitative à nos douceurs houblonnées habituelles. En effet, le sujet du jour, Wignac, n'est pas une bière, mais bien un très tendance ... cidre !

Les cidres ont le vent en poupe cette année : cet été, c'est lui la star des terrasses. Attention, pas question ici d'évoquer les cidres industriels anglo-saxons ou allemands, mais bien un beau produit, bien de chez nous (ou presque) : le cidre Wignac.

Alors que ces dernières années la mode était aux micro-brasseries, se lancer dans la production d'un cidre peut étonner. « En fait, quand nous étions petits, mon frère Thierry et moi faisions déjà du cidre avec un fermier voisin, chez notre mère, dans les Ardennes française. Et puis, il y a quelques années, nous avons replanté un verger de pommiers chez elle. On s'est à nouveau rapproché d'un producteur de cidre à cette occasion, et ça nous a donné des idées » explique Edouard de Merode, 31 ans.

 

 
 Thierry et Edouard de Merode, les frangins à l'origine du cidre Wignac © Wignac

 

Si elle paraît candide, la démarche des frangins Merode est loin d'être hasardeuse. En effet, Thierry est docteur en chimie et a la science des assemblages. Edouard, lui, a travaillé pendant huit ans pour une marque de champagne, et le secteur n'a plus de secrets pour lui.

Les deux frères ont vu, dans le cidre, une opportunité : « au Royaume-Uni et ailleurs en Europe, le cidre est très populaire et très répandu. Chez nous, en Belgique, il est toujours associé aux crêpes bretonnes ou au folklore normand. Rien de très sexy. Alors, on s'est mis en tête de rajeunir, redynamiser l'image de cette boisson » précise Edouard.

Légèrement moins alcoolisé qu'une bière (4,5°), et surtout, sans aucunes céréales (et donc sans gluten), il est plus léger en bouche que les boissons maltées et houblonnées traditionnelles. Ces caractéristiques en font une alternative très crédible à toutes les pils que l'on boit traditionnellement en terrasse.

 

 
 © Wignac

 

Mais pour rajeunir un si vieux breuvage, comment s'y sont pris Thierry et Edouard de Merode ? D'abord, en misant sur un production locale, issue de pommes de vergers situés dans les Ardennes françaises. À ce titre, Wignac est aussi un projet agricole puisque Thierry et Edouard prévoient de replanter trois hectares de pommiers l'hiver prochain et sont en pleine transition biologique.
La recette comprend soixante pourcent de pommes à cidre et trente-cinq pourcent de pommes à couteau (par opposition aux pommes à cidre, les pommes à couteau sont produites pour être mangées crues. Les Gala, Granny Smith et Ginger Gold, par exemple, en font partie).

Wignac travaille aussi le packaging : plus moderne, plus décalé, les bouteilles de 33 cl (comme les bières, tiens, tiens ...) affiche un univers très personnel, proche de celui de Lewis Caroll et d'Alice au Pays des merveilles. C'est une amie des deux frères, Astrid de Broqueville, qui est à l'origine de ce lièvre, très british, qui orne les bouteilles de Wignac.

En bouche, le cidre Wignac est gourmand : les bulles très champenoises et surtout le croquant et la fraicheur du fruit font presque oublier l'alcool. Aucun sucre ajouté et un taux d'alcool extrêmement raisonnable en font une boisson fraiche, délicate et rafraichissante ! Une vraie alternative à la bière on vous dit !

 

 
 © Wignac 

 

Mais bon, finalement, du cidre, même très bon, ça reste du cidre. Alors, est-il possible d'innover, même dans ce secteur-là ? Visiblement oui quand on regarde le petit dernier de Wignac : un cidre rosé. Représenté par un renard sur les étiquettes, celui-ci vient ajouter au jus de pomme douze pourcent de jus de raisin.

Et la suite ? « On veut sortir des sentiers battus, proposer des choses auxquelles nos concurrents ne pensent pas. Moi j'ai le retour du marché, le goût et les envies des consommateurs. Thierry, lui, peut en élaborer les recettes et mettre ces goûts et envies en bouteille. On se sent proche, dans l'esprit, d'un Brussels Beer Project (découvrez l'esprit du Brussels Beer Project sur Eventail.be ici) ... on sait que le marché aime ce genre de produit original » dit Edouard de Merode ... tout en refusant de lever un coin du voile sur ce que seront les prochaines créations de Wignac.

 

 
 © Wignac

 

Et puisqu'on parle de concurrence, où peut-on trouver le cidre de Thierry et Edouard ?
Dans des endroits qui collent à leur image évidemment : un peu alternatif et surtout qualitatif ! Dans quelques fast-good bruxellois comme Knees to Chin ou Ballekes, à Bruxelles, dans certaines épiceries fines comme chez Cru ou le Traiteur de la Villa Lorraine, ou encore chez des cavistes comme le réseau du Comptoir des Vins.

Voilà, maintenant que vous savez pourquoi et où, il ne vous reste plus qu'a essayer cette alternative crédible et qualitative à la bière, et peut-être, vous laisser séduire et finir par ... tomber dans les pommes !

 

Cidre Wignac
www.wignac.com
www.facebook.com/cidrewignac

 

Rédigé par

Actualités liées

 

Dans la même catégorie