A+ A A-

Tranche(s) de vie... La Martinique

  • Rédigé par Julie van Kempen
1 avis
La presqu'île de la Caravelle La presqu'île de la Caravelle © Julie van Kempen

Il y a trois ans de cela, je menais une vie agréable à Bruxelles, notre capitale où il fait bon vivre... Loin de moi l'idée de m'expatrier, encore moins à la Martinique, une île dont j'ignorais tout mis à part que c'est un Dom-Tom français qui se situe probablement dans les Caraïbes... Et pourtant, un bouche-à-oreille bien placé, digne de notre petit pays, m'a fait savoir l'existence d'une offre d'emploi ensoleillée me correspondant. Par curiosité, j'envoie un CV et me voilà dans le Thalys deux jours après pour rencontrer le patron de l'agence de publicité martiniquaise ayant publié cette offre. Trois mois plus tard, j'embarque pour Fort-de-France, un CDI en poche, pas de billet de re-tour, une seule valise et l'adrénaline de la curiosité au maximum!

Dès que les portes de l'avion s'ouvrent, une chaleur lourde et humide s'engouffre et mes narines s'emplissent d'une odeur jusqu'alors inconnue, l'odeur de la canne fraîchement coupée. Un alizé fait danser les palmiers royaux qui bordent l'aéroport et je réalise petit à petit que cette atmosphère agréable et dépaysante deviendra mon quotidien... Retrouver la personne qui doit m'accueillir est une autre paire de manches, on ne se comprend pas bien au téléphone (accent créole auquel je n'ai pas encore pu m'essayer et grésillement dans la ligne téléphonique) et je sens une petite faille dans l'organisation, ce sera loin d'être une excep-tion et cela contribue au charme de la Martinique! De toute façon, une personne vient me rassurer : « Pani pwoblem doudou, il y a une solution à tout », j'aime déjà l'optimisme et la bienveillance des Martiniquais.

Dès le lendemain, je pars à la découverte de la Martinique envoûtante et sa nature luxuriante. Je m'aperçois très rapidement que l'image « carte postale » que j'avais de l'île est bien réductrice! Le sud, certes, est rythmé par les plages infinies de sable blanc et les eaux turquoises propices à la plongée sous-marine parmi les tortues et poissons colorés (pour les initiés, plonger autour de l'imposant rocher du diamant et sa faille est un incontournable).

 

 

Mais le sud est également réputé pour ses randonnées étonnantes longeant la côte atlantique et la barrière de corail telles que la Trace des caps (27km) ou la savane des pétrifications. Je remonte à l'Est vers le François, le coin huppé de la Martinique. La vue impressionnante sur l'Atlantique se doit aux fonds blancs qui do-tent l'océan d'un teint azur, presque transparent survolés par les kite-surfeurs qui se régalent au gré des alizés. Les fonds bancs de la côte sont parsemés d'îlets à sillonner en petit bateau de plaisance pour contempler les vieilles bâtisses coloniales et saluer les iguanes sur l'îlet chancelle. Un peu plus au nord, la presque île de la Caravelle se jette dans l'océan, un bras de 12 km aux côtes accidentées, partie intégrante de la réserve naturelle nationale et qui offre de belles balades (à ne pas manquer: la baie du trésor et le château dubuc en ruine et se reposer ensuite à Sainte Marie au son du Bélé ). La Martinique doit son caractère envoûtant à sa région septentrionale qui respire grâce à une forêt dense, humide et une faune et flore prospères. De belles randonnées sont accessibles pour s'octroyer un coin d'ombre, de fraîcheur et aller à la rencontre des Matou-tous (mygales inoffensives d'une beauté rare, dégradé d'un bleu - vert). Le Nord, c'est aussi des plages de sable noir et des villages peuplés de pêcheurs qui surplombent l'océan et donnent une impression de bout du monde car le temps s'y est arrêté. C'est une ambiance mystérieuse, un mélange d'authenticité et de tranquillité où l'histoire est encore bien présente par les vestiges ayant survécu à la terrible éruption volcanique du Mont Pelé en 1902 ou les traces laissées par l'arrivée de Christophe Colomb à Saint Pierre (première capitale de la Martinique) vers 1502.

 

 

La Martinique, c'est aussi suivre son odorat, à la trace de la canne fauchée, pressée et distillée en un magnifique rhum agrémenté d'épices, de parfums tropicaux et vieilli dans des fûts de bois rares, il régale les amateurs comme les initiés. Le rhum est un pilier de la culture martiniquaise, la Martinique étant historiquement première productrice mondiale et honorée de la certification AOC . La visite d'une distillerie est certainement un must sur l'île, non seulement pour comprendre le pro-cessus de fabrication et déguster son élixir mais également pour la visite des superbes demeures coloniales et leurs jardins (je recommande pour les visites les distilleries JM & Clément).

 

 

L'île aux fleurs , c'est près de 400.000 habitants qui vous accueillent les bras ouverts pour vous faire découvrir avec fierté 1 128 km2 de paysages variés et protégés ainsi qu'une multitude d'activités: kitesurf, surf, plongée, planche à voile, balades en mer au gré du vent en catamaran ou en bateau à moteur, pêche, balade à cheval, en quad, en jet ski, canyoning et très beaux circuits de vélos pour les cyclistes! Ce sont aussi les routes sinueuses parsemées de marchés aux pois-sons, vendeurs de fruits et légumes, marchands d'eau de coco et jus de canne et établissements immanquables tels que chez Tante Arlette ou chez Brafine.

N'oublions pas la facilité, c'est un Dom-Tom français où l'on parle le français et le créole (compré-hensible mais difficile à parler!) on paye en Euro et les timbres sont identiques à la métropole.

Si c'est un voyage en famille ou entre amis, il y a de superbes villas à louer à de prix abordables, bien entretenues et avec services inclus. Je vous conseille la région du Cap Est (le François, le Robert sur la côte est) pour sa tranquillité et sa vue époustouflante sur le lagoon. Notre coup de coeur, Alice Bay, un chef d'oeuvre aux lignes épurées et ambiance minérale imaginé par un archi-tecte de renom de St Barth. Il y a de sympathiques hôtels, personnellement le coup de coeur de mes parents et moi-même était l'hôtel Plein Soleil. Petit hôtel, bien situé, service irréprochable et bourré de charme avec une bonne table d'hôtes servant les produits du terroir.

 

 

Outre la qualité de vie unique sur l'île aux fleurs, cette tranche de vie fut également très enrichis-sante sur le plan professionnel. L'art de se débrouiller en toutes circonstances, la richesse de tra-vailler dans un mix culturel et la gestion d'une clientèle très diversifiée et étendue aux autres Dom Tom (Guadeloupe, Guyane et Réunion).
Après une expérience si concluante, je conseille à tous chaudement de goûter à la culture antil-laise que ce soit pour un séjour ou un emploi ! Les Belges sont accueillis plus que chaleureuse-ment par les Martiniquais qui nous aiment pour notre authenticité, spontanéité et simplicité dans lesquels ils se reconnaissent. A l'heure à laquelle j'écris cet article, je m'apprête à atterrir à Fort-de-France, je ne me lasserai jamais de l'île aux fleurs, l'île des revenants.

#bonvoyage #ileauxfleurs #martinique

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 
Alice Bay, une villa d'exception à louer au coeur de la jolie baie de Mayo (région du François) avec tout services inclus pour les amateurs de perfection.

Rédigé par Julie van Kempen

Dans la même catégorie