Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 781
A+ A A-

Servandoni au château des ducs d'Ursel ... Excursion en pays scaldien

  • Rédigé par
0 avis
Servandoni au château des ducs d'Ursel ... Excursion en pays scaldien © Droits réservés

Peintre, décorateur, producteur de théâtre et d'opéra mais surtout architecte, Giovanni Niccolò Servandoni (1695-1766) est mis à l'honneur au château de Hingene, ancienne demeure des ducs d'Ursel, où l'artiste oeuvra d'ailleurs à partir de 1761.

Juste retour des choses donc pour cet homme-orchestre très prisé de la noblesse européenne et peu étudié jusqu'ici. Si il est surtout connu pour l'église parisienne de Sainte-Sulpice dont il dessina les plans et pour les architectures éphémères réalisées pour la paix d'Aix-la-Chapelle à Londres en 1748, et dont Händel composa la musique, Servandoni fut cependant très actif dans nos contrées et une thèse récente de l'italien Francesco Guidoboni lui donne la paternité des châteaux de Haeren, de Saint-Josse, de Lede, du palais d'Arenberg (actuel palais d'Egmont), de l'académie de Bruxelles et bien entendu du château de Hingene.

 
 Jean-Nicolas Servandoni © Droits réservés

Des dessins et des gravures font revivre cette oeuvre multiforme qui trouve un écho tout particulier dans les salons qu'il transforma et remis au goût du jour pour le duc Charles d'Ursel. Avec beaucoup de doigté, il habilla la demeure baroque d'un néo-classique pondéré alors en vogue. C'est sous cette forme que le château de Hingene nous est parvenu. Racheté par la commune en 1973, il a subi une longue campagne de restaurations et il fait aujourd'hui office de pôle culturel pour la région. De belles grilles en fer forgé s'ouvrent sur un jardin à la française précédant un édifice aux lignes épurées, joliment entouré d'eau, réminiscences de douves que l'on a oubliées depuis longtemps.

 
 Le château de Hingene © Droits réservés

Un parc boisé complète le domaine dont les forêts giboyeuses s'étendaient jusqu'à l'Escaut. On peut aujourd'hui s'y promener en toute quiétude et rallier le fleuve tout proche. D'une belle amplitude, il est bordé de sentiers balisés qui permettent d'apprécier l'aspect sauvage de ses berges mais aussi un paysage, parmi les plus touchants de Belgique ! La duchesse d'Ursel, née Flore d'Arenberg, ne s'y était pas trompée puisqu'elle choisit cet endroit, aux confins de ses terres, pour se faire ériger un pavillon d'agrément, De Notelaer, bijou de l'architecture néo-classique. Son époux Wolfgang fait appel à l'architecte de la cour de France, Charles de Wailly (1730-1798), un autre architecte de renom, pour concrétiser cette exquise folie surplombant l'Escaut. Á l'intérieur, le salon octogonal au parquet constitué d'essences rares sert de contrepoint au plafond peint de fines arabesques réalisées par Antoine Plateau (1759-1815).

 
Le pavillion De Notelaer © Droits réservés 

Surmontés de reliefs du sculpteur François-Joseph Janssens (1744-1816), les miroirs qui reflètent le paysage donnent une ampleur inattendu à ce lieu qui ravira curieux et amateurs. Le rez-de-chaussée, transformé en salon de thé, offre un cadre propice à la halte. Non loin de là, aux abords du château, la Oude Poort invite aussi à la gourmandise ... un peu de nourriture terrestre après cette plaisante incursion au Siècle des Lumières.

Giovanni Niccolò Servandoni, château de Hingene,
jusqu'au 15 août
info@kasteeldursel.be

 
Rédigé par

Dans la même catégorie