Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 781
A+ A A-

Charles-Henri de Lobkowicz, le prince aux trois châteaux

  • Rédigé par
12 avis
Le Prince Charles-Henri de Lobkowicz, organisateur des cérémonies du onzième centenaire de la maison de Bourbon, le1 9 septembre 2015 au château de Bostz Le Prince Charles-Henri de Lobkowicz, organisateur des cérémonies du onzième centenaire de la maison de Bourbon, le1 9 septembre 2015 au château de Bostz © Droits réservés

Descendant des Bourbon-Parme par sa mère, la princesse Françoise, et des Bourbon-Busset par sa grand-mère, la princesse Madeleine, le prince Charles-Henri de Lobkowicz fait refleurir les lys d'une famille dont l'histoire se confond avec la région qui l'a vu naître.

Lui-même issu de la plus ancienne maison princière de Bohême, l'une des plus illustres du Saint-Empire, le Prince qui a étudié en Allemagne, en Suisse, en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis avant d'entamer une carrière dans la finance et d'ouvrir un bureau de conseil en art à Londres, s'attache désormais à redonner vie aux châteaux familiaux et à les intégrer dans un projet plus ambitieux de redynamisation du Bourbonnais.

 

 
Le château de Fourchaud © Droits réservés

 

Eventail.be - Monseigneur, pourquoi avoir voulu mettre sur pied cette fondation "Présence Bourbon" ?

Charles-Henri de Lobkowicz - Je souhaitais donner un avenir aux châteaux qui appartiennent à ma famille dans un souci plus global de préservation du patrimoine en Bourbonnais, berceau des premiers Bourbon. Dans cette optique, il fallait fédérer les populations locales, une façon de leur faire comprendre qu'il s'agit aussi de leur patrimoine. Leur participation s'avérait essentielle et j'ai été entendu au delà de toutes espérances puisque, immédiatement, de nombreux bénévoles se sont présentés. Le plus jeune avait 13 ans et le plus vieux, 88 ans. L'idée de structurer le projet en association puis en fondation me paraissait vital afin de sauvegarder tout le travail déjà accompli et de le pérenniser pour les générations futures. Aujourd'hui, nombre de départements français rencontrent de graves difficultés économiques et je crois que le tourisme, plus que l'industrie, peut s'imposer comme un acteur de choix pour revivifier une région. En fait, nous menons une action extrêmement moderne. Mais pour drainer les touristes, il faut un cadre de vie, des paysages, du patrimoine et une identité forte. Le château a toujours joué un rôle social et, de nos jours, il doit poursuivre cette vocation, tourné vers l'avenir. Je pense que le Bourbonnais est la deuxième contrée en France comptant le plus grand nombre de châteaux, un patrimoine méconnu que nous devons valoriser. Propriétaires et autorités locales doivent travailler de concert, ce qui est notre cas. Le Bourbonnais ne peut qu'y gagner en visibilité

 

 
Le château du Vieux Bostz © Droits réservés 

 

- Pratiquement, quels sont vos projets pour les différents châteaux ?

- Ils auront chacun leur propre destinée. Le château de Fourchaud, une des tours médiévales fortifiées les mieux conservées en France, a été sauvé. Un énorme buisson la dissimulait, ce qui l'a sans doute épargnée. Je souhaiterais y montrer la vie telle qu'elle se déroulait au XVe siècle. Je ne veux pas y installer l'électricité ou en faire un musée mais simplement replonger le lieu dans son époque et surprendre les gens par le raffinement qui y régnait. Je travaille avec de grands archéologues comme Elisabeth Sirop-Chalmin pour faire aboutir cette idée. En ce qui concerne le château nouveau de Bostz où a longtemps séjourné l'impératrice Zita et où j'habite maintenant, j'aimerais le montrer comme une demeure de famille. Beaucoup me disent qu'il est compliqué d'ouvrir un château au public mais un château a toujours été un lieu de passage et d'accueil et cela ne me fait pas peur. Il sera restauré mais restera une demeure vivante. Pour celui du vieux Bostz, nous allons préserver le premier étage, tel qu'il était au XVIIIe siècle. Au rez-de-chaussée, nous disposons de cinq salons en enfilade qui pourront accueillir un espace muséographique où l'on expliquera l'histoire de la région et celle de la première maison de Bourbon. Le vieux Bostz est vraiment le château emblématique du Bourbonnais avec ses 22 toitures, un vrai petit village plein de charme, qui fut habité jusqu'à la révolution. Il y a beaucoup de travail mais nous avons déjà restauré dix toitures. Á l'entrée du village, le château de Rochefort qui, en 1500, appartenait au médecin des ducs de Bourbon, va être solidifié en tant que ruine et la tour donjon du Petit Fourchaud, elle aussi restaurée.

 

 
Le château nouveau du Bostz © Droits réservés

 

- Y a-t-il eu des craintes au sein de la famille quand vous avez lancé ce projet ?

- Non, me connaissant, tout le monde sait que quand je m'engage dans un projet, je n'ai pas peur. J'écoute les avis autour de moi, je les entends, certes, mais une fois ma décision prise, je fonce. Un proverbe asiatique dit : 'Ne termine jamais ta maison où tu meurs'. Je crois que je serai donc immortel !

 

 
Les 1100 ans de la maison de Bourbon © Droits réservés

 

- La mésentente qui a divisé vos oncles et tantes Bourbon-Parme perdure-t-elle toujours ?

- En ce qui me concerne, et je ne peux parler que pour moi, j'ai toujours fait en sorte que les membres de la famille se réunissent, quels que soient les conflits historiques et personnels. Une famille désunie est la pire chose que l'on peut présenter. Ceux qui veulent s'unir sont les bienvenus mais je respecte l'opinion de ceux qui ne le souhaitent pas. Ne pas se battre pour cette union s'avère néfaste et destructeur. Ma porte est toujours ouverte.

 

 
 Le Prince et sa mère © Droits réservés

 

- Outre la restauration des châteaux, quelles sont vos autres domaines de prédilection ?

- J'ai toujours été très impliqué dans l'art. Cela doit être génétique puisque les Lobkowicz ont toujours été de grands mécènes. Je suis de très près l'art contemporain, tout en étant aussi l'ambassadeur des montres De Witt, dans ma logique de recherche de la beauté et de la perfection. Je continue à rallier le Liban, tous les deux mois. J'y vais depuis mes 13 ans et les liens humains que j'ai pu y tisser sont très importants pour moi. Ma mère y poursuit depuis des années son travail caritatif dans le cadre de l'ordre souverain de Malte.

 

Association "Présence Bourbon"
[email protected]
IBAN : FR7611907003204051981735312
Swift (BIC) : CCBPFRPPCFD
Rédigé par

Actualités liées

 

Dans la même catégorie