A+ A A-

Riga 2014, offrir ses richesses au présent pour les confier à l’avenir

  • Rédigé par Anne Hustache
0 avis

Riga remplit comme il se doit son rôle de capitale culturelle en égrenant toute cette année un riche chapelet d'activités originales. Mais elle mise aussi sur la mise en valeur de son patrimoine et sur l'ouverture de lieux nouveaux, pour séduire tous les publics : touristes étrangers comme Lettons! Survol et piqués dans la programmation.

Premières de prestige, plasticiens comme musiciens de renom mais aussi artistes à découvrir, activités relevant de tous les domaines traditionnels (concerts, expos, théâtre, littérature, danse...), assorties d'événements qui sortent des sentiers battus : le programme lancé depuis janvier ne déroge pas à la tradition du genre ! Ainsi, côté prestige, en mars dernier, Gidon Kremer, un enfant du cru, a entamé une série de concerts sur le thème de Born in Riga, que clôturera une autre star, Mariss Jansons (le 7 novembre). La première de Rienzi, Triumph and Defeat, opéra dont Wagner entama la composition à Riga, a été donnée en janvier, mais sera interprétée à nouveau en juin. Lors des deux semaines d'avril, les quatre célébrissimes Passions de Bach seront jouées dans les églises les plus prestigieuses de la capitale. En arts plastiques, se tient jusqu'au 20 avril une exposition de Christian Boltanski, avant de céder la place à une autre consacrée à Orlan (du 8 novembre au 31 janvier 2015).

 
Vue sur les toits de Riga © Kaspars Garda

Côté découverte, moult occasions sont données aux jeunes talents de se révéler. On retiendra entre autres les designers (Is Riga complete?, du 29 mai au 29 juin) ou les danseurs (Riga Magic Dance, les 10 et 11 mai). Côté originalité, ce programme regorge également d'activités partant directement à la rencontre du public (telles les nombreuses performances de rue qui s'ébranleront dès les beaux jours). D'autres événements mettront en valeur divers lieux de la ville : citons la délicieuse initiative d'inviter les plus jeunes et les moins jeunes des citoyens à travailler ensemble au jardin (Taking Roots, divers ateliers au printemps et en été).

 
 © Kaspars Garda

Mais au-delà de cette fourmilière d'activités qui sera en outre scandée par quelques moments clés (un carnaval en juin, plusieurs festivals en été), Riga mise indubitablement sur son patrimoine. Ainsi l'ambre, dont la production locale est appréciée depuis des siècles, fait l'objet d'un focus particulier afin de la redécouvrir sous diverses facettes : au travers d'expositions (Amber trough the ages, jusqu'au 31 décembre) mais aussi de concerts et de soirées littéraires (The Amber Road – Latvia's Global Future).

Nouvelle librairie nationale. C'est dans le "château de lumière" que s'est tenue en janvier dernier, l'une des premières festivités lançant le programme de 2014. Des expositions s'y succèdent pendant toute cette année, scandée aussi par l'ouverture progressive des salles de lecture.

 

Enfin, le point fort de la programmation est bien l'ouverture de la toute nouvelle bibliothèque nationale, un vaste bâtiment bordant la rive gauche de la Daugava, conçu par Gunars Birkerts, architecte d'origine lettone vivant aux États-Unis. Déjà surnommée "le château de lumière", la bibliothèque a été inaugurée en janvier avec le dépôt du premier livre. Mais elle s'ouvre surtout progressivement, salle par salle, au rythme d'événements et d'expositions s'intégrant judicieusement dans ce programme de Riga 2014. Habitués à une offre culturelle régulière, c'est apparemment cette ouverture qui intéresse beaucoup les habitants de Riga.

www.riga2014.org
Rédigé par Anne Hustache

Media

Actualités liées

 

Dans la même catégorie