Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Comme un poison dans l'eau

  • Rédigé par Sylvie Dejardin
1 avis
Comme un poison dans l'eau © DR

D'après l'OMS, 30% de la population mondiale n'a pas accès à l'eau potable. Nous avons le luxe de pouvoir choisir, dans les kilomètres de rayons, celle qui convient le mieux à notre palais et à nos besoins, voire se servir, en toute confiance, un verre d'eau directement au robinet sans risquer une intoxication mortelle.

De source, minérale, pétillante, riche en magnésium ou faiblement minéralisée, les eaux se déclinent à l'infini. Et pourtant, de légitimes interrogations sur l'innocuité des choix émergent depuis quelques temps. Premier constituant de notre organisme et indispensable à notre métabolisme, la question mérite d'être posée.

À votre santé !

Si les bouteilles en plastique (plus légères que leurs concurrentes en verre) sont moins polluantes au transport, elles génèrent une pollution environnementale colossale puisqu'elles ne se recyclent pas à l'infini. Un pic de chaleur et elles seront perfusées de molécules provenant de l'emballage qui migreront irrémédiablement dans l'eau consommée.

 

 
© DR 

 

L'eau du robinet, beaucoup moins chère, est évidemment moins invasive pour notre planète mais ne réunit pas tous les atouts espérés pour autant. Très contrôlée, elle est filtrée puis chlorée pour éviter les développements bactériens. Mais on y retrouve des traces de médicaments, métaux lourds, nitrates, voire des pesticides non filtrés par les centrales d'épuration. En faible quantité nous assure-t-on. Mais si la dose fait le poison, que penser de la consommation quotidienne sur le long terme ?

 

 
© DR 


Faut-il alors boire des perles de pluie venues d'un pays où il ne pleut pas ? Probablement. Varier les toxiques semble plus sage. Qu'on se rassure, l'eau du robinet en Belgique semble tout à fait potable, même avec ces bémols. L'inconfort de boire une eau chlorée peut être évité si vous la laisser décanter comme un vieux vin.

Le grand filtrage

Les adoucisseurs d'eau sont très utiles pour vos canalisations et appareils électroménagers mais rarement recommandés pour votre tuyauterie. Contre indiqués pour les hypertendus en raison de la concentration en sel, ils n'éliminent pas non plus les résidus indésirables.

 

© DR 

 


Il existe des systèmes de filtration très performants qui reminéralisent l'eau sans l'alourdir et la débarrassent de ses impuretés. Equipés de charbon actif et de différentes couches purifiantes et revitalisantes, ils fourniront l'eau tant convoitée par le consommateur averti.
En finir avec les bouteilles pour des raisons écologiques évidentes est une priorité publique. Améliorer la qualité de l'eau de ville est un modus vivendi qui mettra tout le monde d'accord.

Rédigé par Sylvie Dejardin

Actualités liées

 

Dans la même catégorie