Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Luc Téot : "Le pansement connecté sera un gain pour tout le monde, soignants et malades"

  • Rédigé par Sophie Joussellin
1 avis
Sharing on Facebook
Luc Téot : "Le pansement connecté sera un gain pour tout le monde, soignants et malades" © DR/Shutterstock.com

Luc Téot est chirurgien et président de la Société Française et Francophone des Plaies et Cicatrisations (SFFPC). Il estime que les pansements connectés, capables notamment de détecter les infections seront bénéfiques tant aux soignants qu'aux malades.

Eventail.be - En quoi les pansements connectés sont-ils un espoir dans le traitement des plaies ?

Luc Téot - Une des problématiques de la prise en charge des plaies, c'est le choix du bon pansement et sa durée d'application. Il serait intéressant de savoir si un pansement qu'on laisse en général 2 jours, est saturé, si la quantité de liquide qu'il a absorbé ne lui permet plus d'être aspiratif ou drainant. Donc la connaissance du degré d'aspiration en liquide d'un pansement grâce à des capteurs est intéressante. Ces capteurs sont au point et devraient être disponibles d'ici la fin de l'année.

 

© DR/Shutterstock.com

 

- D'autres pansements connectés permettront aussi de détecter des infections, c'est aussi un progrès intéressant ?

- Oui notamment les pansements avec des capteurs qui détecteront la présence de bactéries comme le staphylocoque ou le pseudomonas aeruginosa. On a besoin de savoir s'ils sont sur la plaie et dans des quantités gênantes pour la cicatrisation. En permettant de voir apparaître très tôt une infection, ces pansements connectés permettront de changer de stratégie en mettant un pansement anti-bactérien. Ces capteurs pourraient arriver vers 2020.

 

© DR/Shutterstock.com 

 

- Ces pansements connectés pourraient alléger le travail des infirmiers(ères) ?

Oui notamment pour les infirmiers(ères) de ville. Il y a un vrai challenge parce que leurs tournées pourront être allégées. Les pansements connectés reliés à l'ordinateur ou au smartphone du soignant permettra de dire : "le pansement de Madame X qu'on devait faire jeudi matin et bien ça peut attendre vendredi car il n'est pas saturé". Ce sera aussi moins douloureux pour le malade. On lui imposera moins de contraintes et donc c'est un gain pour tout le monde.

 

Rédigé par Sophie Joussellin

Actualités liées