A+ A A-

Le Brussels Beer Project n'aime pas le gaspillage ! Après avoir fait parler de lui pour sa très innovante Babylone à base de pain frais invendus recyclés, l'équipe de Sébastien Morvan et Olivier de Brauwere remet ça avec la Tante Tatin, bière de saison à base de pommes inutilisées, récupérées dans les jardins de privés.

Eventail.be referme aujourd'hui son dossier « jeunes brasseurs » (pour mieux le rouvrir plus tard ?) en trichant un petit peu. Aujourd'hui, on vous présente une alternative qualitative à nos douceurs houblonnées habituelles. En effet, le sujet du jour, Wignac, n'est pas une bière, mais bien un très tendance ... cidre !

Parmi la flopée de nouvelles bières qui arrivent chaque année sur notre marché, certaines se distinguent particulièrement. C'est le cas de la Prose, dont l'ambition est de promouvoir les talents de jeunes artistes ! Derrière ce concept se trouve l'idée originale de quatre frères le Hodey et le savoir faire de la brasserie Bertinchamps.

La bière à Maredsous, c'est une histoire connue. C'est même l'une des stars du plateau de Maredsous, où les touristes et pèlerins la dégustent avec bonheur à l'abbaye. La diva maredsolienne s'apprête néanmoins à faire de la place à une nouvelle bière sur ses terres : la Molignée. Deuxième rencontre avec un jeune brasseur : Léopold de Chevigny.

C'est en famille qu'Eventail.be commence ce nouveau dossier consacré aux jeunes brasseurs. En effet, à Bertinchamps, les parents Geneviève et Benoit Humblet sont épaulés par les enfants Marie-Laure, Anne-Claire, Jean-Philippe et Marc-Edouard. Tout ce petit monde brasse en famille, chacun apporte ses qualités et sous leur houlette, la ferme tout entière reprend vie.

Presque un an après le lancement de la rubrique entrepreneuriat - avec entrepreneurs qui font bouger le monde - Eventail.be a décidé d'aller voir comme leurs projets évoluent... Caméra au poing (ou presque!). La série de capsules commence avec l'interview de Sébastien Morvan, co-fondateur du Brussels Beer Project.

La bière en Belgique, c’est sacré. Alors on lit beaucoup de choses sur notre boisson nationale: marché saturé, protectionnisme exacerbé et concurrence acharnée. Pas vraiment de quoi donner envie de s’y lancer. Pourtant, deux jeunes entrepreneurs ont montré qu’avec l’envie farouche de faire bouger les choses, on pouvait réussir. Quitte à ne pas se faire que des amis…