A+ A A-

Anton Belinskiy, un souffle ukrainien

  • Rédigé par Charlotte Gautier
0 avis
Anton Belinskiy Anton Belinskiy © YAWN, Droits réservés

Le designer de mode ukrainien Anton Belinskiy, qui s'était qualifié parmi les 26 finalistes du prix LVMH 2015, était de passage à la boutique bruxelloise Yawn Space pour présenter sa nouvelle collection. Rencontre.

L'Eventail - Que représentent les prix LVMH pour vous?

Anton Belinskiy - C'est une compétition où il ne s'agit ni de courir ni de sauter, il s'agit de nouvelles rencontres et de nouvelles expériences. J'ai 27 ans et ma ligne en est à sa troisième année donc pour moi, les LVMH c'était l'occasion de mieux comprendre le fonctionnement de l'industrie et de rencontrer des gens d'influence. Bien que je n'aie pas eu la chance de me retrouver parmi les 10 finalistes, ça m'a apporté de bons contacts et de très bons commentaires, notamment de Ralf Simons et JW Anderson. Ce n'est qu'un début pour moi!

- Qu'est ce qui vous inspire?

- En général ça vient de mes lectures, des films que je regarde, des fibres d'émotions ressenties pendant les six mois menant à la collection. Pour la dernière, que je présente ici aujourd'hui, la première vague d'inspiration vient, dans la construction, du style architectural industriel et ses blocks de couleurs très fortes. L'inspiration venait également d'un message, spirituellement parlant, venant du film de la réalisatrice Russe Valery Todorovsky The Country of the Deaf. Le film raconte l'histoire de deux filles, dont l'une est sourde, qui vivent a Moscou dans les années 1990 après la corruption postsoviétique, où elles tentent de survivre et d'être heureuses. J'ai voulu rassembler ces deux facettes un peu contradictoires dans une même collection inspirée à la fois d'architecture et de couleurs vives et d'une histoire très triste.

 

La collection SS15 d'Anton Belinskiy inspirée de The Country of the Deaf, un film russe © AB, Droits réservés

 

- Concrètement, comment ces thèmes se rencontrent-ils dans la collection?

- J'ai utilisé les sous-titres du film, transposés en images stylisées du langage des signes international pour en faire des imprimés. On y retrouve donc des phrases comme « la plus belle», «la plus intelligente» ou encore «être aimé». J'ai également été inspiré par l'idée que les vêtements s'assemblent comme un puzzle, qu'on puisse les combiner et jouer avec les couleurs.

 

La nouvelle collection d'Anton Belinskiy est disponible à la boutique Yawn Space...

 

Yawn Space
65, rue du Vieux Marché aux Grains
1000 Bruxelles
http://antonbelinskiy.com/
www.yawn.cool
Rédigé par Charlotte Gautier

Media

Dans la même catégorie