A+ A A-

Slow fashion vs fast fashion

  • Rédigé par Ln
1 avis
Eva Velazquez Eva Velazquez © Guillaume Roemaet

En terme de mode, nous avons parfois envie d'arrêter le temps et de profiter de ses vêtements sans avoir l'impression d'être démodée à peine une nouvelle tenue achetée. La valse effrénée des saisons (et parfois des collections « croisière » qui s'entremêlent) impose un rythme effréné. Avec la fast fashion, les vêtements sont devenus quasiment "jetables" et nous n'avons plus le temps de les porter. Eventail.be vous propose un focus sur la "slow fashion" avec le duo Velazquez.

En complément de créations contemporaines made in Europe, il existe les vêtements vintage ou anciens qui constituent une bonne alternative au marché mondial. Mais attention à ne pas confondre les deux types de vêtements. Quelles sont les différences entre vintage et ancien? La principale différence est l'époque. Les vêtements vintage, appellation parfois galvaudée, sont des vêtements qui viennent de la période 1950 à 1980 (voire 1995 car certains parlent de vêtements d'au moins 20 ans d'âge). Tandis qu'un vêtement ancien est plus vieux et a été produit entre 1850 et 1920.

Le vintage, un véritable phénomène...

A la base, le vintage est un anglicisme qu'on utilisait en œnologie pour parler de millésimes, spiritueux ou vins. Depuis quelques années, le terme est beaucoup utilisé pour les vêtements et la déco. Et depuis, les boutiques vintage ouvrent un peu partout en Belgique comme Modes (qui vend aussi des vêtements anciens), Gabrielle Vintage, Retro Paradise, Bernard Gavilan, Melting Pot Kilo,... Le marché aux puces de la place du Jeu de Balle (Bernadette Lauzin, aka Babou, y vend des vêtements vintage depuis plus de 30 ans!) attire également de plus en plus de monde et, tous les premiers dimanches du mois, les dernières pièces vintage sont exposées au sein des Halles Saint Géry avec le Bruxelles Vintage Market.

 

le-vintage-un-veritable-phenomene
La boutique Gabrielle Vintage, rue des Charteux à Bruxelles © Droits réservés

 

Fan de vintage ? Ce week-end se tient le Vintage Weekender à Roubaix. C'est la 3e édition de cet événement qui regroupe concerts, marché rétro-vintage bric à brac, food-trucks et exposition d'artistes locaux. Pour faire le plein de musique, rétro-vintage, art, design et mode !

 

Eva velazquez, un label engagé et familial

Plus rare que le vintage, le vêtement ancien a un nouveau magasin qui lui est dédié à Bruxelles. En effet, depuis septembre 2015, le frère et la sœur d'origine barcelonaise Eva et Hugo Velazquez ont leur propre lieu dans le quartier Brugman pour accueillir leurs créations sous le label eva velazquez. Ils tiennent à leur spécificité de vêtements « anciens ». Au début de notre entretien, ils le précisent d'emblée en ajoutant qu'ils ne sont pas un magasin vintage. Dont acte. Et vous comprendrez très vite qu'il n'y a pas que la période qui distingue les deux.

 

eva-velazquez-un-label-engage-et-familial
Eva et Hugo Velazquez © Yannick Bandali-Renard

 

Le projet eva velazquez est né petit à petit pour aboutir à une première collection en avril 2015. Après des expériences dans le monde de la mode (Ateliers Lannaux, Bellerose, Zadig et Voltaire,...), Eva et Hugo ont été attiré de plus en plus par les vêtements anciens qui sont venus à eux via des marchés ou des voyages. A la base, un intérêt grandissant pour les vêtements anciens pour leur forme, leur histoire et leur matière mais également, l'envie de conscientiser à une mode plus durable et d'être « une des gouttes d'eau dans l'océan ». Notons ici que certains vêtements datent de la deuxième moitié du XIXe siècle jusqu'aux années 1920 tandis que certains vêtements de travail vont jusque dans les 1940.  Signe de cette envie de faire autrement, ils réfléchissent à ne plus suivre les saisons et ont décidé de ne pas faire de soldes mais des actions pour leurs bonnes clientes.

 

Des vêtements qui ont vécu et ont de l'âme

Malgré leur âge, les vêtements ont des formes contemporaines (qui se mixent très bien avec des pièces plus modernes). Pour le duo Velazquez, l'esthétique de l'uniforme militaire, de l'uniforme de travail (workwear) traditionnel ou des vêtements populaires est inspirante. Ils trouvent qu'à l'époque, les vêtements avaient plus d'utilité et leur raison d'être que maintenant. Certaines pièces sont parvenues jusqu'à nous en bon état. Il faut dire que les matières et tissus utilisés étaient de qualité. Si elles étaient rapiécées, elles deviennent quasiment des œuvres d'art.

Parfois, le temps et l'usage ont abîmé les vêtements. Cela ne fait pas peur à Eva et Hugo qui se sont entourés de membres de leur famille et d'artisans (une tricoteuse, une patronniste et deux couturières) pour restaurer ces vêtements afin de leur donner une seconde vie. Comme des antiquaires restaurent des meubles, ils restaurent les vêtements en le respectant. Ils y ajoutent le bouton ou la finition manquante. Pour eux, chaque détail a sa raison d'être et c'est tout sauf de la customisation. Ils vont jusqu'à fabriquer le savon pour enlever les tâches éventuelles car on n'enlève pas les tâches du passé avec les savons de maintenant.

 

Passé imparfait et Ancien Atelier

Ce sont les noms des deux collections du label, toutes les deux dessinées et produites en Belgique pour leur permettre de côtoyer leurs partenaires (même si cela revient cher). Passé imparfait est une collection contemporaine de vêtements reproduisant des anciens modèles avec des tissus anciens (des années 1950) venant d'Europe. Cela donne beaucoup de pièces uniques. Détail historique : les modèles reproduits portent le nom de ce qu'ils sont comme « la petite jupe paysanne » ou la « matinée » car c'était une tenue portée le matin.

 

Passe-imparfait-et-Ancien-Atelier
© Eva Velazquez

 

Avec Ancien Atelier, on trouve des vêtements anciens chinés et restaurés. A la différence des vêtements vintage, les vêtements sont souvent réalisés par des couturiers anonymes et leurs finitions sont très bien exécutées. Accompagnés de différents accessoires, ils forment un véritable univers. Certains objets sont vendus comme des vieux cahiers, des bouquins, des vieux cartables ou encore des sacs rectangulaires qui étaient utilisés en Pologne pour y ranger le foin.

 

Un écrin pour les vêtements anciens

Rentrer dans le petit magasin permet d'apprendre une série d'anecdotes sur les vêtements taillés sur mesure ou de travail ; les couleurs intemporelles ; les blouses des pays de l'est avec des volumes, des broderies et des dentelles esthétiques; les sabots (à l'origine des souliers) ; les sous-vestes militaires ; les tenue que les paysans mettaient pour vendre ;... Toutes des pièces témoins d'une qualité qui résiste au passage des années et sont ressuscitées grâce aux Velazquez.

Du fait maison et surtout de l'authentique aussi bien dans les vêtements et les accessoires vendus que dans le duo fraternel. Vous êtes sensibles aux finitions et aux détails, romantique, nostalgique, avec un certain charisme ou bien rebelle ? Vous en avez marre de suivre le rythme effréné de la mode et envie d'avoir des vêtements qui durent? Allez-y jeter un oeil! Et les femmes de tout âge peuvent trouver des pièces qui leur parlent...

 

Roubaix Vintage Weekender
Quand ? 7,8 et 9 novembre
Plus d'informations ? RoubaixVintage sur Facebook
 
Magasin eva velazquez
56 Rue Franz Merjay
1050 Ixelles
www.evavelazquez.be
Rédigé par Ln

Dans la même catégorie