A+ A A-

Made&More : mode transparente pour consommateur consciencieux

  • Rédigé par Sybille Wallemacq
1 avis
Petite robe Eve, en coton bio gris. Vendue au prix de 110€. Petite robe Eve, en coton bio gris. Vendue au prix de 110€. © Made & More

Que celui qui n'a jamais eu mal en cœur en craquant pour une petite robe d'été pour "trois-francs-six-sous" dans un magasin issu de chaînes internationales nous jette la première pierre... Il existe des drames qui changent la face du monde. Souvenez vous de l'effondrement du Rana Plaza à Dacca, capitale du Bangladesh, en avril 2013. Il y a 3 ans, Stephanie Fellen créait Made & More car elle rêvait de faire changer le mode de consommation dans le secteur de la mode. Explications.

En mai dernier, nous rencontrions l'équipe liégeoise de Made & More à Bruxelles pour découvrir The First, la première collection estampillée Made & More. Composée de treize pièces, cette capsule est en quelque sorte une premiere étape dans le développement de la start-up belge.

De l'eshop a la création

Depuis octobre 2013, Stéphanie Fellen a lancé un site de vente de vêtements en ligne. Un e-commerce belge pas vraiment comme les autres car l'idée est de proposer une mode avec des valeurs: l'honnêteté et la transparence. En achetant une paire de chaussures sur Made & More, vous pouvez être certaine que vous achatez made in Europe et pas "designed in EU but produced in China" ou "made in Europe... mais juste les boutons". Bref, Made & More s'est engagé à proposer une consommation alternative et juste.

 

Stephanie-Fellen-fondatrice-made-more
Stéphanie Fellen, la fondatrice de Made & More © Droits réservés 

 

Un diplôme de HEC en poche, Stéphanie a toujours eu la fibre entrepreneuriale. Partant d'un simple constat de consommatrice (le monde de la mode ne tourne pas rond), elle a voulu monter un projet avec une cohérence globale. Dans un petit coin de la tête, elle avait toujours eu envie de lancer sa propre ligne de basiques. A qui sait attendre tout vient à point. Après une levée de fonds de près de 225 000 € l'an dernier (récoltés grâce à des business angels mais également un bon nombre de particuliers via MyMicroInvest - ce qui a son importance pour évaluer la demande et établir une cohérence. Guillaume Desclée, fondateur de MyMicroInvest en parlait sur Eventail.be : ici), une collaboration s'est dessinée avec la styliste liégeoise Elisa Godefroid (vivant actuellement à Paris). De cette union est née une collection capsule "honnête et transparente". L'étiquette propose même un QR code à scanner pour entrer virtuellement dans l'usine de Belleville-sur-Vie (près de Nantes) ou Daniel, Roselyne et les autres s'affairent à la réalisation des pièces dans la tradition du savoir-faire français. Pour découvrir "en chair et en os" ce nouvel univers, Stéphanie prévu plusieurs pop-up shops en Belgique et en France cet été. Première étape: notre belle capitale, Bruxelles (91, rue de Flandres).

Mode et économie circulaire?

Si une mode plus juste et transparente vous intéresse, nous vous recommandons de visiter le nouvel outil récemment mis en place, notamment par le Flanders Fashion Institute: Close the Loop. Il permet d'avoir un aperçu précis des différentes étapes du cycle de vie d'un vêtement et de le mettre en perspective avec les principes de l'économie circulaire. Bref, beaucoup de matière pour alimenter les réflexions. Passionnant.

 

Made & More
Plus d'informations: www.madeandmore.com
 
Pop-up shop, jusqu'au 9 juillet
91, rue de Flandres
1000 Bruxelles
+ agenda sur la page Facebook Made & More
 
 
Rédigé par Sybille Wallemacq

Dans la même catégorie