Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Après leur passage sur le podium des Halles de Schaerbeek, les silhouette imaginées par les étudiants de La Cambre-Mode se retrouvent exposées au Musée de la Mode et de la Dentelle, au cœur de la capitale.

Incroyable : cet opéra qui avait été joué plus de mille fois depuis sa création en 1836, n'a plus été représenté à l'Opéra de Paris depuis 1936. Je pense qu'il s'agira d'un des événements lyriques de cette fin d'année, et, bien que la première ait lieu le 28 septembre, il me paraît prudent de réserver déjà ses places.

La Monnaie ouvre sa saison avec une œuvre adorée du public mais pleine de chausse-trapes pour ses interprètes. Comment aborder Die Zauberflöte, sorte de pudding génial où, sur fond de symbolisme maçonnique, coexistent des éléments de farce populaire (les bouffonneries de Papageno) et un roman familial tragique (avec une Reine de la Nuit ivre de vengeance) ?

Assister à une pièce tout en étant l'un de ses figurants ? C'est ce que propose cette comédie de Patrick Haudecœur et Gilbert Sibleyras. Une équipe de cinéma tourne une scène où un mari trompé veut tuer l'amant de sa femme. Progressivement, se dévoile le vrai visage des acteurs et techniciens.

La poétesse américaine Sylvia Plath, qui s'est suicidée à trente ans, est connue chez nous pour son roman autobiographique La Cloche de détresse, et pour ses Carnets intimes où elle raconte notamment sa vie avec le poète anglais Ted Hughes.

En ce mois de juillet 1959, le légendaire yacht d'Alexandre Onassis, le Christina O, a quitté Monaco pour une croisière en Méditerranée, à destination de l'île de Skorpios.

Les émotions sont universelles et transcendent les frontières. La biennale 2018 est consacrée au thème des états émotionnels et explore les grandes questions qui concernent la migration, la pollution, l'énergie, les villes. Comment le design communique-t-il et manipulet-il les émotions ?

"Je crois passionnément que l'architecture consiste à créer un espace pour se rassembler et partager des valeurs" (Renzo Piano).

La Courtauld Gallery, réputée pour ses collections admirables et son important fonds d'œuvres impressionnistes et postimpressionnistes (parmi lesquelles des pièces comme La Loge de Renoir, l'Autoportrait à l'oreille
bandée de Van Gogh sans oublier Un Bar aux Folies-Bergère de Manet), ferme à l'occasion d'un vaste programme de restauration.

Une belle introduction à la rétrospective de l'œuvre de Miró, qui ouvrira au Grand Palais le 3 octobre prochain,
déployée en deux volets : une sélection d'œuvres sur papier des grandes années (1930-1950) est présentée
à la galerie de la rue de Téhéran, tandis qu'un ensemble de peintures, dessins et sculptures couvrant toute la
carrière de l'artiste investit le nouvel espace d'exposition de la galerie avenue Matignon.

Page 1 sur 4