Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"Pierre Passebon est un ami depuis plus de quinze ans. Je trouve toujours chez lui des meubles ou des objets décoratifs divins, car il a un goût exquis.

Qu'est-ce que les personnages à poils ou à plumes nous disent sur l'humain ? Voilà la question centrale que pose la huitième exposition du MIMA. Les commissaires – Alice van den Abeele et Raphaël Cruyt – ont réuni des artistes d'horizons différents, faisant tous un usage courant de personnages anthropomorphes.

Plongez dans la nostalgie de l'expo Bye Bye Future ! L'art de voyager dans le temps. À découvrir jusqu'au 24 mai, dans le Hainaut.

C'est à une belle redécouverte que nous invite le musée Bourdelle, celle de l'œuvre du sculpteur et céramiste danois, Niels Hansen Jacobsen (né, comme Antoine Bourdelle, en 1861), réalisée lors de ses années parisiennes (entre 1892 et 1902) au sein d'un groupe de symbolistes danois francophiles, à proximité de l'atelier de Jean Carriès.

À œuvre singulière exposition singulière : pour honorer la mémoire d'un médecin devenu sculpteur à l'orée du siècle dernier, alors qu'étaient en train d'éclore tous les "ismes" de l'art moderne – du fauvisme et de l'expressionnisme au cubisme et au surréalisme –, le musée d'Orsay a imaginé une exposition d'un genre nouveau, plus particulièrement pensée pour le jeune public.

"Une autre galerie que j'aime et où j'ai trouvé de sublimes Sturtevant. Je connaissais bien Elaine et je suis heureuse que Thaddaeus Ropac s'occupe à présent de son estate. Lui est aussi un ami cher.

"C'est une femme que j'apprécie beaucoup. Tout en délicatesse. Et sa sélection d'artistes me plaît. Je fréquente sa galerie à Paris, mais je vais aussi quelquefois à Bruxelles.

"Quand je suis de passage à Paris, j'essaie toujours d'y aller non seulement pour la galerie des bijoux (où l'une de mes créations est exposée), mais aussi pour la richesse de leur collection permanente, sans compter leurs expositions thématiques qui m'enchantent, moi qui suis une grande fan de design.

Pour le peintre Tullio Crali, le futurisme n'est pas seulement un mouvement artistique, c'est tout un état d'esprit et un mode de vie.

Encre, pastels, crayon... L'exposition retrace, au travers du dessin, l'œuvre du célèbre portraitiste et paysagiste britannique et marque de la sorte l'importance de cette technique dans son œuvre, des années 1950 à aujourd'hui.