Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Charlotte Perriand, pour une synthèse des arts

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Charlotte Perriand, bahut, 1977 Charlotte Perriand, bahut, 1977 © DR

Les expositions de la Fondation Louis Vuitton sortent toujours de l'ordinaire mais, cette fois, en consacrant au design toutes les salles du bâtiment de Frank Gehry, elle crée l'événement.

On pourrait s'étonner de ce choix, mais en pariant sur Charlotte Perriand – qui s'éteignait il y a tout juste vingt ans, le 27 octobre 1999 –, la Fondation espère toucher un large public.

Car, au delà des amateurs de décoration pour qui elle reste la plus grande créatrice du XXe siècle, avec des pièces devenues iconiques, les visiteurs moins initiés devraient être sensibles à sa force de caractère, son style et son engagement philanthropique. Sans oublier les amateurs d'art qui découvriront, entre la chaise longue LC4 et la bibliothèque Nuage, de nombreux tableaux. Charlotte Perriand associait dans la plupart de ses aménagements peinture et sculpture, prônant une unité d'esprit entre les différentes disciplines artistiques, comme au Japon, en 1955, lorsqu'elle organisait l'exposition Proposition d'une synthèse des arts, avec Le Corbusier et Fernand Léger.

Grâce à sa fille Pernette et son mari Jacques Barzac qui publient au même moment le quatrième volume de L'Œuvre complète (Éd. Norma), certains espaces ont été recréés à l'identique et leur modernité saute aux yeux. Entre autre l'appartement de Charlotte place Saint-Sulpice, L'Appartement idéal, créé en 1929 pour le Salon d'automne, ou encore La Maison du jeune homme présentée à l'Exposition universelle de Bruxelles en 1935, avec une toile de Léger de 4 mètres de long. Diplômée de l'Union centrale des arts décoratifs en 1925, associée à Le Corbusier et Pierre Jeanneret de 1927 à 1937, Charlotte Perriand commence par concevoir des pièces où transparaît sa fascination pour l'industrie, avant de se tourner vers la nature. L'environnement devient une de ses grandes préoccupations. Ses voyages au Japon et au Brésil font naître des créations en bois plus douces et poétiques. Enfin, son amour de la montagne éclate avec la création de la station de ski Les Arcs qu'elle supervisera de 1967 à 1989. Elle a alors 86 ans... Elle s'éteindra dix ans plus tard. Près d'un siècle dédié au "bien-être de l'homme".

 

www.fondationlouisvuitton.com

 

Informations supplémentaires

  • Du: jeudi, 03 octobre 2019
  • Au: lundi, 24 février 2020
  • Location: Paris
Rédigé par Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie