Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Berlinale 2019 : impressionnant Christian Bale, dans Vice

  • Rédigé par Marcel Croës
0 avis
Sharing on Facebook
Berlinale 2019 : impressionnant Christian Bale, dans Vice © Matt Kennedy/Anapurna Pictures

Un des hommes politiques les plus exécrés des cinquante dernières années. L'incarnation du mal. Le vrai patron de la Maison Blanche sous George W. Bush. Pour décrire Dick Cheney, les superlatifs ne manquent pas.

 

Le réalisateur Adam McKay a inscrit une phrase au début de son biopic : « Ceci est une histoire vraie ». Mais il ajoute aussitôt un avertissement : « Pour autant qu'on puisse connaître la vérité au sujet d'un type aussi mystérieux »... Après avoir servi naguère sous Nixon (où son supérieur était Donald Rumsfeld), Richard Cheney – un natif du Wyoming où ses années d'université ont surtout été marquée par des excès d'alcool – a été pendant huit ans le vice-président de celui qu'à Washington on surnommait familièrement « W ». Sa femme Lynne (jouée par Amy Adams), une présence constante dans sa carrière politique, le détourne à jamais de la boisson et lui insuffle une ambition sans limites.

 

 

Le réalisateur de ce long film (132 minutes) s'est amusé à placer un générique de fin au milieu du récit. Alors que c'est exactement à partir de ce moment que le l'ascension de Dick Cheney devient inarrêtable. Un des aspects les plus fascinants de Vice est le démontage de la stratégie par laquelle Dick Cheney s'empare du pouvoir, face à un George W. Bush irrésolu et vaniteux. Au point qu'on a pu parler sans exagérer d'un gouvernement bis. Dick Cheney est calme, taciturne, faussement bonhomme, implacable, méprisant pour son entourage et insensible aux critiques.

 

 
© Matt Kennedy/Anapurna Pictures 

 

Un monstre ? Nullement. Son amour sincère pour Lynne, une compagne exemplaire qui l'a soutenu d'un bout à l'autre, de même que sa réaction sans virulence quand sa fille se déclare publiquement lesbienne, sont autant d'éléments qui contrebalancent la noirceur du portrait. J'ai tout de même quelques réserves sur la mise en scène qui emploie parfois des procédés faciles relevant du film d'animation ou des jeux vidéo – comme si le réalisateur voulait combattre une baisse d'attention de son public. En revanche, tous les interprètes sont d'une qualité irréprochable (excellente Amy Adams).

 

© Matt Kennedy/Anapurna Pictures 

 

Et surtout, il y a la prestation littéralement extraordinaire de Christian Bale : la transformation physique du comédien est stupéfiante et sa gestuelle est calquée sur l'original avec une précision hallucinante. Christian Bale a déjà reçu un Golden Globe et s'il ne tenait qu'à moi un Oscar lui reviendrait sans discussion. Le film sort chez nous le 27 février.

 

Rédigé par Marcel Croës

Actualités liées