Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Christophe Lambert : « Tintin m'a aidé à sortir de mon quotidien »

  • Rédigé par Corinne Le Brun
1 avis
Sharing on Facebook
Christophe Lambert : « Tintin m'a aidé à sortir de mon quotidien » © Giancarlo Gorassini/BestImage/Bestimage/Photo News

Adrien (Vincent Lacoste) est un Peter Pan moderne. À vingt-sept ans, il se comporte toujours comme un petit garçon immature et irresponsable. Enfant, il avait connu un petit succès au cinéma. Aujourd'hui, Adrien n'a ni gloire ni argent. Il se voit interdit de carte bancaire et exproprié de son appartement. Il doit retourner vivre chez ses parents. Sa mère (Emmanuelle Devos) est psychothérapeute. Son père, écrivain en panne d'inspiration, alcoolique, vit dans la chambre de bonne. Adrien découvre le fiasco conjugal de ses parents. Contre toute attente, on lui propose d'incarner le général de Gaulle, jeune. Sans trop y croire, Adrien se lance dans cette nouvelle aventure... Antoine de Bary livre une comédie douce-amère sur l'adulescence, thème qu'il avait déjà abordé dans un court-métrage. Il signe un premier film tendre, réaliste et facétieux. On retrouve un Christophe Lambert inédit, en père à la dérive. Nous l'avons rencontré en pleine forme, au FIFF.

Eventail.be - Le thème de l'adolescence prolongée et de la difficulté de devenir adulte vous touche-t-il ?
Il faut rester enfant toute sa vie, laisser la place à l'imagination, au rêve, ne pas trop se poser de questions. Les enfants sont sérieux d'un côté et rêveurs de l'autre. Je me suis toujours posé la question pourquoi a-t-on cette période de transition, à partir de 20, 25 ou 30 ans qui voudrait qu'on doit se prendre au sérieux ? À quatre-vingts ans, on redevient un bébé. Je me suis toujours dit : je vais rester un enfant, depuis que je suis tout petit jusqu'à ce que je meure. Je découvre tous les jours quelque chose de nouveau dans la vie. Il faut savoir les garder en soi. Il faut regarder les gens dans la rue, la nature, tout. Ce que j'aime chez les enfants c'est la curiosité permanente. Il ne faut pas perdre le rêve, la curiosité, l'imagination car il y en a tout le temps. J'ai plein de rêves que malheureusement je ne pourrai pas réaliser. J'accomplis beaucoup de choses dans le business : internet, l'hôtellerie, l'immobilier, la restauration... j'aimerais avoir mille hôtels que je n'aurai jamais. Je possède un petit hôtel à Paris près du Louvre, je construis un hôtel à Beaune, je réhabilite une prison à Béziers, ce sera le premier hôtel prison de France. Ces réalisations sont des moteurs. J'ai besoin de créer tout le temps.

 

 

- Comment s'est faite la rencontre avec Antoine de Bary ?
- Antoine m'a envoyé un scénario puis, je l'ai rencontré. C'est son premier film, ce qui m'a motivé. Je n'ai pas besoin de tourner pour vivre. J'ai le luxe de choisir ce que j'ai envie de faire. J'ai une propension en ce moment à aller vers des premiers films. C'est un risque auquel je participe. Rien n'est jamais gagné d'avance. Même Bill Gates peut sombrer du jour au lendemain. On a le droit de se planter, pas le droit de ne pas essayer. Tout le monde se plante. Si on n'essaie pas on est sûr de ne jamais réussir.

- Quelle place accordez-vous au cinéma ? 
- Le cinéma est la chose principale de ma vie. Il me permet de m'évader du quotidien, vers des mondes irréels. Je fais du cinéma, du business avec des êtres humains qui correspondent à mon éthique de vie. Je ne peux pas faire plus de deux films par an. Quand je tourne, je suis concentré sur un film. Mes parents n'étaient jamais vraiment opposés à que je sois acteur. Mon père voulait que je fasse un vrai métier, comme n'importe quel parent dirait son enfant. Etre acteur est un métier difficile où il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus.

 

Le comédien et acteur Vincent Lacoste dans le film du réalisateur Antoine de Bary
© DR

 


- Quels étaient vos héros de cinéma préférés quand vous étiez enfant ?
- Je n'en avais pas. Je voulais d'abord sortir du quotidien, très lourd, très douloureux. Depuis tout petit, j'ai eu une existence très compliquée mais pas malheureuse. Le malheur c'est ce qu'on fait des choses qu'on reçoit. Le personnage qui m'a le plus aidé c'est Tintin. Je m'évadais avec lui, avec ses aventures. Ma mère est belge, une partie de ma famille vit en Belgique. À 11 ans, je jouais une pièce de théâtre avec mes nièces et cousins. J'ai adoré les applaudissements à la fin. Pour une fois dans ma vie, je faisais quelque chose de pas trop mal. J'ai voulu avoir ce sentiment encore. Je me suis dit je vais être acteur.

 

 

L'affiche du film du réalisateur Antoine de Bary

 

- Vous tournez beaucoup de sériés télé...
- C'est l'intervention que je préfère. J'ai accepté le rôle dans Blacklist, sans lire le personnage. La série télé est une étape pour continuer à exister, tout court. On ne peut même plus parler de cinéma. Les plateformes prennent le dessus. Si j'étais propriétaire de salles, je me ferais beaucoup de soucis. Il est de plus en plus difficile d'attirer les gens dans les salles. Le monde médiatique est en train de changer. Des films vont disparaître, d'autres non. J'ai tourner avec Julianne Moore dans Bel Canto (Paul Weitz, 2018, ndlr). Grâce à Amazone Prime Video, il est vu par 30 à 40 millions de personnes aux Etats-Unis, uniquement. Le cinéma à petit budget est hyper compliqué à monter. Tandis qu'avec Netflix, on peut faire un film qui va coûter 2 ou 3 millions de dollars. The Irishman de Martin Scorsese est un test. Si cela fonctionne, cela va être compliqué de faire des films hors plateforme. Dans les années 80, on sortait, au cinoche, au théâtre... Aujourd'hui, sur quatre cents chaînes de télé, je tombe sur quinze films que j'ai envie de voir. Les studios vont continuer à faire des films à travers des plateformes de plus en plus nombreuses. On vit une époque incertaine, économiquement fragile mais avec des possibilités énormes sur le plan écologique et le désir de vouloir faire quelque chose de positif pour la planète. J'ai investi dans dix sociétés dans ce domaine. Savez-vous qu'on peut se laver les mains sans eau ?


Mes jours de gloire
de Antoine de Bary
Avec Vincent Lacoste, Emmanuelle Devos, Christophe Lambert, Noée Abita
En salles
Rédigé par Corinne Le Brun