Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Berlinale 202 : Hillary Clinton à Berlin !

  • Rédigé par Marcel Croës
1 avis
Sharing on Facebook
Hillary Clinton sur le tapis bleu de le Berlinale pour la présentation du documentaire Hillary de Nanette Burstein Hillary Clinton sur le tapis bleu de le Berlinale pour la présentation du documentaire Hillary de Nanette Burstein © DR/Berlinale

Grand émoi sur la Potsdamer Platz : on annonçait hier l'arrivée d'Hillary Clinton, l'ex-première dame des Etats-Unis ayant accepté – faveur assez rare – de se déplacer à Berlin pour présenter le film qui lui est consacré, et pour répondre aux questions des journalistes.

Projeté dans la série « Berlinale Special », Hillary est un documentaire de 252 minutes réalisé par Nanette Burstein, une New-Yorkaise spécialisée dans les biopics. La curiosité est d'autant plus intense qu'on a parlé récemment d'une implication plus intense de Madame Clinton dans la campagne présidentielle qui vient de démarrer (certains lui prêtent l'intention de soutenir Bernie Sanders, qui fut son rival en 2016 dans le camp démocrate).

 

 

Comme on peut aisément l'imaginer, celle qui fut naguère Secrétaire d'Etat n'aurait jamais consenti à patronner ce film si elle avait le sentiment qu'on y parle d'elle d'une façon défavorable. Ne vous attendez donc pas à des révélations explosives ou à des invectives à l'adresse de tel ou tel opposant politique. Nanette Burstein n'a pas choisi une narration de type chronolgique. Elle insère dans son récit des moments pris sur le vif au cours de la campagne présidentielle, tout en évoquant la carrière de l'étudiante surdouée Hillary Rodham, qui n'allait pas tarder à retenir l'attention d'un certain Bill, futur gouverneur de l'Arkansas. Inutile de dire qu'on ne s'attarde guère ici sur les escapades conjugales du jovial joueur de saxophone, ni sur certains épisodes fâcheux de la campagne présidentielle d'Hillary (sa collaboratrice principale, Huma Abedin, était mariée au politicien new-yorkais Anthony Weiner qui s'est fait pincer à plusieurs reprises pour avoir envoyé des sextos à diverses jeunes femmes.

 

Hillary Clinton, et Bill Clinton dans le documentaire Hillary de Nanette Burstein présenté au festival du film indépendant de Berlin la Berlinale
© William J. Clinton Presidential Library

 

Le couple a dû se séparer en août 2016). Au total, on retient du film de Nanette Burstein une image plutôt positive de l'ex-first lady : une intellectuelle brillante, énergique, volontaire, mais aussi une personne terriblement contrôlée qui ne baisse jamais vraiment la garde. Vu sa longueur (4 heures 15), il est évident que ce documentaire n'est pas destiné à passer dans les salles de cinéma. Il sera diffusé par des chaînes de télévision comme une mini-série, et je viens d'apprendre qu'il a été acheté pour la Belgique par la VRT.

Jusqu'à présent, le cinéma asiatique n'avait eu qu'une présence discrète dans cette 70e édition de la Berlinale. Mais j'observe avec un vif plaisir que les choses changent à partir de ce mardi. Le Coréen Hong Sangsoo présente ce matin son 24e film, The Woman Who Ran (La Femme qui courait), annoncé comme un petit bijou par quelques uns de mes amis qui l'ont vu en projection privée avant le Festival. Et je m'enchante à l'idée du retour à Berlin, après quelques années d'absence, du génial Taïwanais (né en Malaisie) Tsai Ming-Liang, dont nous verrons jeudi Rizi (en anglais : Days). Le soleil se lève toujours à l'Est !

Rédigé par Marcel Croës

Actualités liées