Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

L'art roumain chez Louis Vuitton

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Oana Farcas, blue man, huile sur toile, 2012. Oana Farcas, blue man, huile sur toile, 2012. © Oana Farcas

Lors de sa création en 2006, L’Espace culturel Louis Vuitton s’était fixé comme mission

l’exploration de la scène artistique contemporaine d’un pays étranger. Scènes Roumaines s’inscrit dans ce programme… et présente les expérimentations artistiques d’un pays qui n'a jamais cessé d'être une terre de création. L’exposition confronte certaines figures importantes de la scène artistique de ces quarante dernières années avec un état actuel de la peinture roumaine ; de Bucarest à Cluj. Dans la capitale, les artistes historiques ont gardé des années sombres une véritable vivacité créatrice, qui s’est transmise à leurs successeurs. Comme en témoignent Geta Bratescu, figure majeure de l’art roumain d’après-guerre, qui évoque le voyage à travers une série de dessins conçus sur un principe d’écriture automatique et Bogdan Vladuta, artiste de la nouvelle génération, qui crée des univers urbains presque monochromatiques où s’expriment un sorte de mysticisme impalpable. A Cluj, troisième ville du pays et principal pôle économique du nord-ouest, la jeune génération s’est emparée des techniques de peinture académique et les emporte au-delà des frontières attendues, là où l’hyperréalisme convie à l’onirique. Telle Oana Farcas, ci-contre, envahit la douceur des traits qu’elle peint dans une lumière presque surnaturelle.

Jusqu’au 12 janvier - Espace Culturel Louis Vuitton 60 rue Bassano à Paris - www.louisvuitton-espaceculturel.com
Rédigé par Rédaction

Dans la même catégorie