Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Wim Delvoye, un autre maître flamand

  • Rédigé par Rédaction
1 avis
Sharing on Facebook
Wim Delvoye, les cochons de la série “Tapisdermy” dans la salle Rubens des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Wim Delvoye, les cochons de la série “Tapisdermy” dans la salle Rubens des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. © COURTESY WIM DELVOYE | DIRK PAUWELS

Les musées royaux des Beaux-Arts de belgique proposent, dans la continuité de leurs grandes expositions monographiques d’artistes actuels, un focus sur un maître belge : Wim Delvoye.

"J'ai voulu montrer une lecture au-delà de ce qui est trop souvent dit et qui est réducteur", nous expliquait en entretien Pierre-Yves Desaive, l'un des deux commissaires de l'exposition, l'autre étant Wim Delvoye lui-même. À l'évocation du maître flamand, celui qui ne connaît pas bien son oeuvre va penser, en vrac et dans le désordre, à : Cloaca, provocation ou encore machine à sous. Il est vrai que son oeuvre est vaste et compliquée. Alliant technologies de pointe, motifs vernaculaires et perfectionnisme traditionnel, l'artiste peut être déconcertant. Comme à l'évocation des impressionnantes sculptures qu'il a imaginées spécialement pour l'exposition.

L’exposition sera scindée en deux parties à la scénographie bien distincte. D’une part, une vraie white box (qui sera en fait plutôt black...), un espace monochrome 100 % consacré aux oeuvres de Wim Delvoye. D’autre part, une confrontation avec les oeuvres d’autres grands maîtres flamands dans les salles du Musée d’Art ancien (Pierre Paul Rubens notamment, comme en témoigne la photo ci-contre). L’occasion pour les visiteurs de ce type d’art de se confronter à une autre lecture de ces dernières et inversement.

 

Wim Delvoye
Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles
www.fine-arts-museum.be

 

Informations supplémentaires

  • Du: vendredi, 22 mars 2019
  • Au: dimanche, 21 juillet 2019
  • Location: Bruxelles
Rédigé par Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie