Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

5 mots pour 1 expo : In praesentia

  • Rédigé par Sybille Wallemacq
1 avis
Sharing on Facebook
Ensemble robe, veste et crinoline en taffetas de soie moirée Olivier Theyskens, automne-hiver 2000-2001 Ensemble robe, veste et crinoline en taffetas de soie moirée Olivier Theyskens, automne-hiver 2000-2001 © Julien Claessens/Thomas Deschamps

Depuis mi-juin, la Cité de la Mode et de la Dentelle de Calais, consacre une deuxième exposition monographique au couturier belge Olivier Theyskens. En 2017 c'est le MoMu d'Anvers qui mettait en scène ses créations. Déjà (co) orchestrée à l'époque par Lydia Kamitsis, commissaire d'In praesentia, une expo qui se veut loin des propositions traditionnelles. 5 mots pour tâter le terrain.

Anniversaire

Honneur à l'institution d'abord. Le 11 juin 2009, la Cité internationale de la Mode et de la Dentelle ouvrait ses portes. 10 ans déjà. Pour l'occasion, 10 événements sont proposés. Le nouvel accrochage Dentelles, etc a lancé les festivités. In praesentia lui emboite le pas et le reste de la programmation sera distillé au compte goutte par la Cité. 

 

 
© Julien Claessens/Thomas Deschamps 
 

Carte blanche

La Cité a donné « carte blanche » à Olivier Theyskens pour le propos. Pas de fil rouge imposé. Champ libre. Que rêver de plus pour un créateur ?

 

Olivier Theysken © Thomas Deschamps 

 

Action muséale

« Il y aurait des passerelles à construire entre l'œuvre d'un couturier mouvante par essence, et les œuvres conservées par le musée, par définition figées dans l'immuable temps de leur obsolescence. » écrit Lydia Kamitsis. L'ambition de la commissaire de l'exposition et d'Olivier Theyskens, créateur qui voit exposer ses œuvres, est de lier des temporalités et des points de vue par rapport aux « objets » qui s'opposent. Une robe de Theyskens est faite pour être vivante, quel que soit son lieu de conservation : un dressing ou les réserves d'une institution muséale.

 

Robe en biais et étole en soie, Olivier Theyskens, automne-hiver 2000-2001 © Julien Claessens/Thomas Deschamps 

 

Séquence

Plutôt que de proposer un contenu articulé par la chronologie ou des thématiques trop « faciles », Lydia Kamitsis et Olivier Theyskens proposent des révélations et des délectations esthétiques autour des créations du designer mais également des collections de la Cité : « du noir », « de la matière », « de la traine », « du trompe l'œil », « du biais », « de la maison Rochas », « de la dentelle », « de l'agrafe », « du motif », « de la nostalgie » et « du corset ».

 

Manteau en lin enduit, Olivier Theyskens, printemps-été 2000© Julien Claessens/Thomas Deschamps

 

Normandie

En filigrane des écrits que nous avons parcouru pour préparer le présent article, on décèle une claire influence de l'univers de la maison de ses grands parents maternels en Normandie avec par exemple des références aux boites métalliques étiquetées regorgeant de rubans, boutons, etc.

 

 

Olivier Theyskens
« In praesentia »
Du 15 juin 2019 au 5 janvier 2020
Cité internationale de la mode et de la dentelle
Calais, France
www.cite-dentelle.fr
Rédigé par Sybille Wallemacq

Actualités liées

 

Dans la même catégorie