Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Expo(s) : Arboremania

  • Rédigé par Stéphanie Dulout
1 avis
Sharing on Facebook
Javier Perez, "Vida latente", 2016 ©courtesy Galerie Javier Perez, "Vida latente", 2016 ©courtesy Galerie © courtesy Galerie

Ils poussent, ils poussent et prolifèrent. Peints, sculptés, tissés, gravés, photographiés, souvent tronqués ou hybridés..., les arbres envahissent les foires et les musées. Après s'être affichés sur les grilles du Palais Brongniart lors du dernier Salon du dessin à Paris, les monumentaux ceps de vigne (Shared Roots) réalisés pour la maison Ruinart par l'artiste brésilien Vik Muniz, en mêlant dessin et éléments organiques (bois noircis, charbon, fusain...) au processus de recomposition photographique, continuent de se propager dans les loundges VIP des foires d'art du monde entier (dernièrement à la FIAC et à Paris Photo, après Art Brussels).

Plus végétale que jamais, la dernière FIAC était parsemée de sculptures et tableaux épineux (Hugh Hayden à la Lisson Gallery, Guisepe Penone chez Magazzino), de troncs calcinés (David Nash chez Annely Juda Fine Art) et de Totems fleuris (Pascale Marthine Tayou à la Galleria Continua). Des arbres déracinés coulés dans le bronze de Javier Perez aux cylindres d'acier hérissés de branches (en bronze) d'Alicja Kwade,déployés sous le péristyle du Petit Palais dans le cadre des Fiac Projects, jusqu'aux chaises dissimulées en haut de trois arbres du jardin des Tuileries (John Armleder, Furniture sculpture), on aurait pu se croire poursuivi par le motif devenu l'emblème des parangons de vertu de l'anthropocène...

 

Cesare Leonardi-et Franca Stagi, Carpinus betulus L., dessin original réalisé à l'échelle 1 / 100, 1963-1982 / Exposition
Cesare Leonardi-et Franca Stagi, Carpinus betulus L., dessin original réalisé à l'échelle 1 / 100, 1963-1982 / Exposition "Nous, les arbres", Fondation Cartier pour l'art contemporain

 

Tableaux hérissés d'épines et branches coulées dans le bronze

Loin d'être illusoire, la prolifération des racines, troncs et ramures dans la sculpture contemporaine est bien réelle, comme le montre, à Paris, l'exposition « Le Rêveur de la forêt » du musée Zadkine. Confrontant les grands chantres des mondes sylvestres de l'art moderne (de Raoul Ubac, Picasso ou Brancusi à Jean Dubuffet et Bernard Réquichot) aux artistes contemporains, les sculptures bourgeonnantes de Jean Arp aux hybridations organico-végétales de Laure Provost, les forêts tentaculaires de Max Ernst à l'impénétrable Forêt noire de métal acéré d'Eva Jospin, ou encore, les femmes-troncs d'Ossip Zadkine aux chimères calcinées d'Hicham Berrada, l'exposition prouve que les muses des bois ont de beaux jours devant elles. N'est-ce pas d'ailleurs dans une forêt de conte de fées reconstituée que, lors de la dernière fashion week parisienne, les femmes-fleurs griffées Dior ont défilé ?

 

Tatiana Trouvé, The Shaman, 2018, bronze patiné, marbre, béton, acier, sable, eau / vue du stand Kamel Mnnour à la Frieze Lonodon 2018 ©ADAGP Tatiana Trouvé Courtesy the artist and Kamel Mennour
Tatiana Trouvé, The Shaman, 2018, bronze patiné, marbre, béton, acier, sable, eau / vue du stand Kamel Mnnour à la Frieze Lonodon 2018 © ADAGP Tatiana Trouvé Courtesy the artist and Kamel Mennour

 

Au même moment était installé dans la majestueuse salle hypostyle du palais d'Iéna l'immense sapin coupé en long et évidé de Giuseppe Penone — dont les arbres, tour à tour écorchés ou déracinés, coulés en bronze, garnis de pierres ou rehaussés d'or, se dressent ou gisent en majesté aux quatre coins du monde . « L'arbre est un exemple de sculpture parfaite » affirme l'auteur de ce « ready made » végétal sauvé de la destruction et transfiguré en Matrice de sève. Un hymne à la puissance vitale de l'arbre faisant écho à celui rendu à la Terre, par une vingtaine d'artistes internationaux (dont Andy Goldworthy, Mark Dion, Fabrice Monteiro ou Sigismond de Vajay) dans l'exposition « Gaia, que deviens-tu ? » présentée concomitamment à la Maison Guerlain.

Arbres mutants et forêts de contes de fée

À Paris toujours, alors qu'une émouvante exposition consacrée aux « Arbres de guerre » a fermé ses portes, le succès phénoménal de l'exposition « Nous les Arbres » a conduit la fondation Cartier pour l'art contemporain à prolonger cette exposition-chorale réunissant artistes, botanistes et philosophes de deux mois...

 

Alicja Kwade,
Alicja Kwade, "Reality Slot", 2019, acier et bronze ©kamel mennour / oeuvre présentée au Petit Palais dans le cadre des "Fiac Projects" de la Fiac 2019

 

Loin d'être en reste, les villes de province ont, elles aussi, été contaminées par cette vague verte. Alors qu'à Avignon l'exposition « La Fin des forêts » — au titre emprunté à la future création du chorégraphe Benjamin Bertrand —, plantant, à travers des œuvres d'artistes en résidence, la figure de l'arbre comme « rémanence d'un monde en passe de disparaître », vient de fermer ses portes, c'est jusqu'en septembre 2021 que la Biennale d'art de Rouen nous invite à parcourir sa « Forêt monumentale » clairsemée d'œuvres poétiques et engagées vers la protection de l'environnement et le développement durable...

 

Ugo Rondinone View of the exhibition “a wall . seven windows . four people . three trees . some clouds... in memory of John Giorno”, kamel mennour, Paris, 2019 © Ugo Rondinone Courtesy the artist and kamel mennour, Paris_London
 Ugo Rondinone View of the exhibition "a wall . seven windows . four people . three trees . some clouds... in memory of John Giorno", kamel mennour, Paris, 2019 © Ugo Rondinone Courtesy the artist and kamel mennour, Paris_London


Mais il faudrait encore parler des villes du monde entier où, de foire en place et musée, poussent les arbres hybridés et souvent décomposés, à l'image de notre société et de cette énorme souche déracinée jonchant un sol défoncé et ruisselant de Tatiana Trouvé présentée actuellement à la galerie Gagosian de Los Angeles, après l'avoir été par Kamel Mennour à la Frieze Art Fair l'an passé... Des arbres d'un nouveau type pour un art mutant dans un monde dystopique et préapocalyptique ?

 


Expositions

Paris
Nous les Arbres
Jusqu'au 5 janvier
Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, bd Raspail, 75014 Paris
Le Rêveur de la forêt
Jusqu'au 23 février
Musée Zadkine
www.zadkine.paris.fr
 
Rouen
La Forêt monumentale
Biennale d'art – parcours d'œuvres monumentales en forêt au Nord de Rouen
Jusqu'en septembre 2021
www.laforetmonumentale.fr
 
Parutions
- Nous les Arbres, catalogue de l'exposition de la Fondation Cartier, éd. Fondation Cartier, 49 €
- Le Rêveur de la forêt, catalogue de l'exposition du musée Zadkine, éd. Paris Musées, 30 €
- Arbres de guerre, Thomas Lemut, éd. Riveneuve / Archimbaud, 10 €
- Gaïa, que deviens-tu ?, catalogue de l'exposition présentée dans le cadre du Parcours Privé de la FIAC 2019 à la Maison Guerlain, catalogue édité par Communic'Art (www.communicart.fr)
Rédigé par Stéphanie Dulout

Dans la même catégorie