Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

A comme Architecture, P comme Paysages, D comme Décor... C'est un parcours sous forme d'abécédaire qui nous est proposé au musée des Arts décoratifs de Paris afin de plonger dans la richesse des collections du Cabinet des dessins du musée, soit plus de 200 000 œuvres !

Des Cratères, Surfaces d'empaquetage et autres peintures matiéristes – œuvres expérimentales des années 1950-1960 pour la première fois exposées –

Célèbre pour ses photos de mode décalées jouant de l'incongruité des situations et des lieux, Frank Horvat a développé dans les années 1980 une série photographique inspirée par les chefs-d'œuvre de la peinture.

Appartenant à la dernière période de l'artiste suisse (1937-1942), les "dessins aux doigts" de Louis Soutter ont conduit ce peintre visionnaire à une liberté picturale quelque peu annonciatrice de l'essor de la gestualité dans l'art de la seconde partie du xxe siècle, associant à la simplification des formes la libération du geste.

"Le blanc et le noir, il y en a marre. Le gris, il n'y a que ça d'humain", écrivait Romain Gary dans Les Cerfs-volants en 1980. Une allégation reprise par Michel Pastoureau, le célèbre historien des couleurs : le noir et blanc "a la capacité à lui tout seul de décrire la réalité, à condition [...]

Comme tout chef-d'œuvre, L'Homme qui marche, œuvre iconique de la sculpture moderne, ne laisse de fasciner par sa portée (tant esthétique que philosophique), par son éloquence plastique.

Architecte de formation, Jean-Luc Petit (Namur, 1965) questionne la permanence, l'oubli, l'absence, la réminiscence, l'erreur, l'accident, l'inframince en relation avec des sites.

Bernard Boigelot emploie de vieilles correspondances comme d'autres usent des tubes de couleurs. L'artiste offre une seconde vie à ces papiers oubliés, entreposés dans des tiroirs, les ressuscitant avec une dose de sacré.

Depuis une trentaine d'années, Carole Benzaken (Grenoble, 1964) développe une pratique picturale allant à la rencontre d'horizons variés : le verre, le dessin, l'architecture ou la vidéo.

En cette rentrée, Art22 expose un ensemble d'œuvres récentes de l'artiste Pascal Bernier. On retrouve ses Accidents de chasse apparaissant définitivement comme la signature de l'artiste.

Page 1 sur 3