Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Depuis son ouverture en 2008, l'hôtel The London West Hollywood s'appuie sur un luxe qui puise à la fois dans l'élégance britannique et dans le dynamisme californien.

Si Downtown fait l'objet d'une gentrification, Hollywood se re-gentrifie. L'implantation de nouvelles enseignes dans le quartier – une rue sur trois se trouve en chantier – doit en redorer le blason. Cap sur le Dream Hotel (178 chambres), navire amiral du groupe Rockwell.

Par sa gratuité, The Broad, l'immense musée d'art contemporain ouvert à Los Angeles en 2015 par les philanthropes Eli et Edythe Broad, permet d'accéder à une collection extrêmement riche. Comme le milliardaire le précisait à l'époque, il s'agit de la partager "avec le public le plus large possible".

"Être nu apparaît sans doute comme la façon la plus durable de se vêtir. Reformation arrive en deuxième position." Avec ce slogan choc, la marque a fait un tabac, proposant des lignes élégantes basées sur la durabilité. Taylor Swift, Rihanna ou Rosie Huntington y font leurs emplettes, amusées par les écrans tactiles qui d'un simple clic gèrent les vêtements choisis.

Peu de stars ont été démasquées ici parmi les 250 000 ouvrages qui tapissent les murs et composent, de leurs tranches, les plafonds arrondis des couloirs. Ils s'ordonnent pour former des oculi ou d'improbables sculptures transformant ce temple du savoir en un lieu ludique et coloré qui, depuis 2005, rencontre l'unanimité et valorise le livre dans tous ses états.

Élu restaurant le plus branché des États–Unis en 2010, le Beauty & Essex continue sur sa lancée, grâce au chef Chris
Santos qui a relevé le défi pour ce lieu de 250 places sur 930 m². Avec son ceviche de saumon et pastèque, sa salade
de pommes, chou, pancetta, noix de pécan et fromage de chèvre, il a hypnotisé Cindy Crawford ou Selena Gomez.

Donnant sur Sycamore Avenue, le restaurant Yamashiro perche son architecture japonaise dans les montagnes d'Hollywood. L'édifice construit entre 1911 et 1941 avait pour vocation d'héberger la collection d'antiquités des frères Bernheimer. Il abrite de nos jours un restaurant aux saveurs asiatiques, où l'on croise Dolly Parton, Johnny Depp ou Gwyneth Paltrow.

La première cérémonie des Oscars s'est déroulée le 16 mai 1929 dans cet hôtel de style hispanisant qui sort de terre en 1927 à l'initiative d'investisseurs comme Douglas Fairbanks, Mary Pickford ou Louis B. Mayer.

Né de la volonté de quelques fermiers en salopette, le modeste marché de 1934 a bien changé aujourd'hui avec sa centaine d'échoppes regorgeant de produits frais et ses étals croulant sous les fruits et légumes. 

Ses banquettes en cuir rouge, ses photos dédicacées et son wagon de tram de 1904 composent l'univers du Formosa Café, où John Wayne croisait déjà James Dean et Elvis Presley. Fondé en 1925, il propose une cuisine traditionnelle chinoise trouvant un écho dans les lanternes et les alcôves boisées.