Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

À l'occasion du 150e anniversaire de la naissance d'Henri Matisse (1869-1954), le Centre Pompidou rend hommage au "peintre du bonheur" au travers d'une exposition de grande envergure réunissant, autour des pièces maîtresses du musée national d'Art moderne, celles des musées Matisse du Cateau-Cambrésis (ville natale de l'artiste) et de Nice, ainsi que de prêts internationaux d'importance.

C'est devenu une habitude dans les musées : inviter un artiste contemporain pour "réveil-ler" les collections permanentes. Guimet n'échappe pas à la règle, avec une carte blanche à Daniel Arsham, dont le travail explore la statuaire au fil de l'histoire de l'art.

Comment se débarrasser de son épouse alors qu'on en aime une autre ? En l'élimi-nant. Et le meilleur assassin, ne serait-ce pas sa maîtresse ? C'est ce dont est convaincu un homme infidèle qui n'avait pas prévu que les deux femmes se lient d'amitié.

Voici la part cachée (lucrative) de l'œuvre de Man Ray déployée en grande pompe : pas sûr que le plus dadaïstes des surréalistes, chantre de l'invisible et de l'impalpable, poète des ombres et manipulateur du hasard, eût appré-cié l'hommage...

Élevé en Pologne, Marcin Dudek (Cracovie, 1979), qui vit et travaille à Bruxelles, utilise des éléments autobiographiques comme base pour placer les mécanismes de violence, de pouvoir, de contrôle et de comportement de groupes dans un cadre historique et psychosociologique plus large.

Élevé en Pologne, Marcin Dudek (Cracovie, 1979), qui vit et travaille à Bruxelles, utilise des éléments autobiographiques comme base pour placer les mécanismes de violence, de pouvoir, de contrôle et de comportement de groupes dans un cadre historique et psychosociologique plus large.

Cette exposition part du principe que toute acception du concept de "multiculture" nécessiterait une recherche sur celui de "monoculture".

Lauréat 2019 du Prix Médiatine (un concours pour jeunes artistes plasticiens belges ou rési-dant en Belgique), Émilien Simon (né à Dinant en 1990) présente une installation qui interroge l'iconographie du paysage au travers des phénomènes qui le constitueraient.

Giacometti. Tout le monde connaît ce nom chargé de sens, mais peu en saisissent toutes les facettes. Sculpteur pour les uns, peintre pour les autres, Alberto use du dessin comme trait d'union.

La Fondation Boghossian met les bouchées doubles en cette fin d'année et propose deux expositions à la fois magiques et extraordinaires. Voyage au cœur de cinq mille ans d'histoire et de lumière à la Villa Empain.

Page 2 sur 5