Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

En bord de Loire, la métropole nantaise regorge de vitalité. Son passé évoque la noblesse européenne, les grands chantiers navals, une page sombre de l’histoire de la traite d’êtres humains et un renouveau culturel dynamique. Voyage à Nantes.

En janvier 2014, nous nous rendions à Charleroi pour assister aux Vœux de la Culture (lire notre billet ici). Ce fut l’occasion de confirmer notre impression : une politique culturelle forte est en marche pour « décrasser » l’image de (l’ancien) Pays Noir : union et cohésion. Entre anciens et nouveaux, présentation actuelle (!) des acteurs.

Après Bilbao, le second rendez-vous de notre saga « cultureconomie » est consacré à Baltimore. Un peu comme Charleroi (dont nous vous parlerons prochainement), la cité portuaire américaine a souffert d’une image médiatique peu glorieuse. Mythe ou réalité ?

Amorce d’un rendez-vous mensuel qui nous emmènera jusqu’à l’été, ce premier volet d’une saga « cultureconomie » est consacré à la ville du Pays basque espagnol : Bilbao. Forte de sa politique de reconversion, la ville a suscité des envies à travers le monde. Le cas Bilbao, un conte de fées ?