Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Glints – Rap à part

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Sharing on Facebook
Glints – Rap à part © DR

Ce n'est plus un secret : le hip-hop trouve un nouveau souffle à travers toute la Belgique. C'est donc depuis Anvers que Glints déploie son rap hybride, porté par un univers cinématographique, des clins d'œil à Ennio Morricone et un flow nonchalant qui lui permet de trouver sa place dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

En 2015, au moment de la sortie de son premier EP éponyme, les professionnels de la musique (c'est-à-dire son label et quelques médias encore timides) parlaient de Glints comme d'un personnage hybride, un rappeur capable de « faire de la poésie sur un fond sonore de battement de cœur ». Avec le temps, Jan Maarschalk Lemmens (son vrai nom) s'est dévoilé un peu plus au fur et à mesure des morceaux et des projets (il y a notamment eu un deuxième EP en 2017, Burgundy). On a alors fini par comprendre que son intention était encore plus ambitieuse. Car, s'il y a du Mike Skinner dans son flow (sans doute un héritage de sa famille anglaise) et des fulgurances électroniques à la Moderat dans ses productions, l'Anversois s'affirme surtout comme un véritable mélodiste.

 

 

Gold Veins, par exemple : en plus d'être porté par un clip aussi captivant que délirant d'un point de vue esthétique - on le voit notamment monter à cheval, assis sur le toit d'un utilitaire ou encore affalé aux côtés de mignons petits chiots -, ce nouveau single témoigne également d'un sens de l'orchestration évident, presque cinématographique pourrait-on dire. En trois minutes et quarante-sept secondes, c'est un véritable voyage sonore auquel nous invite Glints, quelque chose qui permet à cet artiste longtemps soutenu par l'Ancienne Belgique de se démarquer illico du reste de la scène locale (Roméo Elvis, Damso, etc.). Et donc d'arpenter des contrées de moins en moins délimitées. À l'image de ce sample de la bande-son de Pour une poignée de dollars d'Ennio Morricone, percutant et terriblement addictif. Cela ne rend pas le choc qu'avait provoqué la première vision du film de Sergio Leone, mais c'est suffisant pour donner envie de rester fidèle à Glints, dont on attend avec impatience le premier long-format.

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées