Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Christophe, chanteur intemporel

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Sharing on Facebook
Christophe, chanteur intemporel © Olivier Metzger

Hospitalisé depuis le 26 mars, le chanteur Christophe est décédé jeudi dernier d'une maladie pulmonaire. La chanson française perd là une de ses légendes. La seule, en tout cas, capable de relier plusieurs générations d'artistes entre elles, des yéyés à la scène pop actuelle.

Christophe, ce n'était pas seulement l'auteur d'Aline ou Les marionnettes, ces chansons pour midinettes qu'il se plaisait à chanter du temps de Salut les copains. C'était surtout le dernier des Bevilacqua, ce musicien capable de se réinventer constamment, refusant la nostalgie, tournant le dos à ces petites habitudes de studio qui finissent par ronger le cœur créatif de temps d'artistes. Ainsi, et c'est précisément ce qui force l'admiration, Christophe a traversé les décennies avec une grâce et un goût pour la nouveauté sans cesse renouvelé.

 

 

Dans les années 1970, par exemple : bien aidé par un label apte à suivre sa cadence infernale (Les Disques Motors), Christophe a défini l'avenir de la pop en France, lui a offert suffisamment de pistes à suivre et de possibilités à explorer pour les décennies à venir. On ne l'a jamais assez dit, mais entre la pop orchestrale des Paradis Perdus et les plages cinématographiques du Beau Bizarre, il ne s'est écoulé que cinq ans. Cinq ans c'est parfois le temps qu'il faut à des groupes novateurs comme The Strokes ou Radiohead pour enregistrer un nouvel album...

 

Portrait du chanteur français Christophe jeune
© DR

 

La mutation de Christophe entre tous ces albums est donc tout simplement exceptionnelle, rare, forte de nombreuses propositions, toutes retenues par la postérité. Bien sûr, le rythme et les albums ont ralenti par la suite, Christophe traversant la décennie 1980 en fantôme. Mais il reste présent dans la musique des autres, témoignant même dans les années 2000 et 2010 d'un véritable savoir-faire pop à travers des albums audacieux (Aimer ce que nous sommes et l'ultime Les vestiges du chaos), toujours en phase avec les meilleures mélodies que l'époque a en réserve.

 

 

Alors, forcément, sa discographie a fait des émules. À raison, tant il était le dernier artiste capable de faire la transition entre l'ancienne et la nouvelle génération, à incarner une sorte de trait d'union entre Adamo, le punk sophistiqué d'Alan Vega (avec qui il a collaboré), les expérimentations synthétiques de Jean-Michel Jarre, la poésie de Bashung et une scène pop actuelle qui n'a cessé de lui rendre hommage (Feu! Chatterton, Christine & The Queens, Juliette Armanet, etc.) : tous, visiblement, à la recherche de ces paradis aujourd'hui définitivement perdus...

Rédigé par Maxime Delcourt

Dans la même catégorie