Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Gainsbourg, 30 ans après : Caméléon de la pop

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Sharing on Facebook
Gainsbourg, 30 ans après : Caméléon de la pop © Shutterstock.com/DR

30 ans après sa disparition, le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg continue de fasciner. De même que sa discographie, que Eventail.be a souhaité longuement décortiquer dans un dossier découpé en quatre parties. Premier épisode : Gainsbourg, ce caméléon sonore en quête perpétuelle de renouveau.

Être fan de Serge Gainsbourg, c'est accepter l'inattendu, c'est être perpétuellement pris à contre-pied par un artiste qui a toujours pris plaisir à vampiriser l'air du temps. Contrairement à d'autres adeptes de la chanson populaire, qui ont la fâcheuse tendance de répéter plus ou moins le même album année après année, "l'homme à tête de chou", lui, a privilégié l'évolution constante : il n'y a ainsi que peu de points communs, si ce n'est cette voix, ce verbe et ce savoir-faire mélodique, entre "Le poinçonneur des Lilas" et "Initials B.B.", entre "Joanna" et "Lola Rastaquouère", entre "L'eau à la bouche" et "Variations sur Marilou".

 

 

Chez Gainsbourg, on le comprend aisément, il est constamment question de réinvention, quitte à aller puiser parfois dans le répertoire d'autres artistes (il est conseillé ici d'écouter "New York-USA" et "Marabout" pour comprendre ce qu'il doit à "Akiwowo" et " Jin-Go-La-Ba", deux morceaux du Nigérian Babatunde Olatunji,). Des années 1950 à sa mort, le 2 mars 1991, le Français s'est ainsi essayé à tous les styles : la chance rive-gauche, le jazz, qui lui a permis de se libérer d'une écriture parfois trop littéraire à ses débuts, le yéyé, le rock, la musique de films, le disco, le reggae et même, par bribes, ce hip-hop encore naissant.

 

 

Ce goût pour les audaces stylistiques est perceptible tout au long de sa carrière, comme si Gainsbourg avait toujours eu besoin de nouveauté, de nouveaux instruments ou de nouveaux modes de production pour ne pas virer ringard, ou dépassé. Ce qu'il n'a jamais été, préservé de cela grâce à un rapport presque enfantin à la musique : il est d'ailleurs fascinant de constater à quel point le Français a toujours plongé sans calcul dans ses obsessions, s'entourant des meilleurs producteurs-compositeurs (Alain Goraguer, Michel Colombier, Jean-Claude Vannier, etc.) en fonction de ses besoins. Avec, toujours, cette faculté à comprendre les codes d'une musique, à les reformuler dans un langage populaire et à façonner une esthétique pop tellement classe, mélodique et profonde qu'elle a fini par séduire outre-Manche.

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées