Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

On l'avait quittée l'année dernière au musée d'art et d'histoire du Judaïsme, on la retrouve au musée du quai Branly. Helena Rubinstein était une femme hors du commun et elle mérite bien deux expositions. Car "l'impératrice de la beauté", comme l'avait surnommée Jean Cocteau, avait non seulement bâti un empire, mais elle avait aussi l'art de collectionner et de ne pas se tromper.

"J'aime beaucoup l'univers et le trait de Sempé et, très naturellement, j'ai un jour poussé la porte de la galerie de Martine Gossieaux qui l'expose régulièrement. Dans son catalogue, elle a aussi Raymond Savignac, Roland Topor, Chaval, Pierre Le-Tan et Jean-Philippe Delhomme que j'adore.

"Au Sept, où je sortais tous les soirs, j'ai connu Loulou de La Falaise et grâce à elle, j'ai commencé à travailler chez Kenzo comme vendeuse, pour me payer mes cours de théâtre. C'est là que j'ai connu Irié, un jeune Japonais qui faisait la maille.

C'est à une autre belle découverte que nous invite la Fondation Custodia, celle d'un grand peintre de l'ombre : Tholen (1860-1931). Parvenant à rendre palpable l'atmosphère par sa maîtrise des variations lumineuses faisant vibrer les ciels gris des Pays-Bas.

"C'est une petite boutique où une fille que j'aime beaucoup, Jeanne Signoles, vend des sacs en toile sobres et élégants, qu'on peut personnaliser. Son concept est de faire 'simple, solide et beau'.

Palézieux "a donné un regard poétique et simplifié de la réalité", dit très justement Ger Luijten, le directeur de la Fondation Custodia, à qui nous devons cette magnifique exposition des œuvres d'un très grand dessinateur suisse.

"Encore une adresse de quartier à laquelle j'ai du mal à résister. Patrice Chapon est un des rares chocolatiers à torréfier lui-même son cacao. Il parcourt le monde en quête des meilleures fèves.

"J'aime le calme de Beaupassage, ce nouvel îlot aménagé entre le boulevard Raspail, la rue de Grenelle et la rue du Bac. Je prends un café à la terrasse de Pierre Hermé et j'achète mon pain chez Thierry Marx, qui y a ouvert une boulangerie.

"Une des nombreuses adresses de Jean-Baptiste qui est devenu le spécialiste du restaurant de quartier : il en a trois autres pas loin, La Laiterie, Le Petit Varenne et La Calèche.

"J'adore raconter à mes amis américains que ce magnifique bâtiment, qui s'appelait l'hôtel de Salm, a inspiré la Maison-Blanche...

Page 1 sur 3