Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

L'Envol du gris, Plongée en bleu, L'Éclat noir, Travail de l'ombre, Un soir de demi-brume, Mirages, Crépuscule... Toute de douceur et d'étrangeté, baignée d'une quiétude mêlée d'instabilité, semblant sans cesse au bord de la brisure.

Palézieux "a donné un regard poétique et simplifié de la réalité", dit très justement Ger Luijten, le directeur de la Fondation Custodia, à qui nous devons cette magnifique exposition des œuvres d'un très grand dessinateur suisse.

Nicolas Party réalise des portraits et natures mortes réunissant des objets de la vie quotidienne, dépouillés, exempts de détail superflu.

Liang Wei est l'une des artistes chinoises les plus originales de sa génération.

Depuis plusieurs années, Gaël Davrinche (°1971) développe deux factures bien distinctes : l'une s'apparente au "Bad Painting" (avec un style vif et esquissé), l'autre s'inscrit dans le registre hyperréaliste (et tient de la démonstration technique).

Abordant de manière détournée le mythe de la tour de Babel, l'exposition présentée à l'ISELP réunit des artistes qui travaillent sur la langue. Outil d'union ou de distinction, elle reste un vecteur identitaire et culturel d'une société plurielle et métissée.

Depuis trente ans, Argos tente de stimuler et de promouvoir la scène audiovisuelle belge émergente. Un anniversaire qui offre à l'institution l'occasion d'ouvrir un nouveau chapitre de son histoire, en regardant notamment ce qui se réalise à l'étranger.

Hommage à l'Américain Henry Wessel (1942 - 2018), considéré comme l'un des maîtres de la street photography. Ses clichés en noir et blanc témoignent dans un premier temps de son intérêt pour l'interaction entre nature et civilisation.

Il compte parmi les plus grands photographes de son temps. Acclamé par la critique, Roger Ballen (New York, °1950) a mené une grande partie de sa carrière professionnelle en Afrique du Sud.

Artiste plasticienne et danseuse de formation, Béatrice Balcou (Tréguier, °1976) remet en question la manière de produire de l'art. Sa démarche ? Réaliser ses propres versions d'œuvres existantes, en reprenant les gestes du technicien ou du régisseur. Mais pas seulement...