Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Après Dante, Villon (Le Débat du cœur et du corps, 1986), Cervantès (Don Quichotte pour Diane de Selliers en 1998), Rabelais ou Goethe, le peintre Intranquille se mesure à un autre chantre de l'intranquillité et de la bizarrerie : Franz Kafka.

Né à Bastia en 1982, David Raffini vit et travaille à Bruxelles. "Je suis un peintre pri-mitif travaillant dans son atelier-caverne du XXIe siècle", déclare ce chantre des mystères de la matière et de la terre, convaincu que "nous en sommes encore à l'aube de l'humanité, géologiquement parlant".

Réduisant, dans le sillage d'Arp, Moore ou Brancusi, le corps à des totems abstraits de bois, marbre ou bronze tout de sensualité, Agustín Cárdenas (La Havane, 1927-2001), le transmuta aussi en un ossuaire dessiné de toute beauté.

Pour les amateurs d'art contemporain, le nom de Dominique Lévy est fameux. Cela fait des années qu'on la suit, créant des galeries avec des partenaires, entre New York, Londres et Hong Kong, renouvelant sans cesse son champ d'action.

"Je sais que c'est un peu cliché, mais j'adore ce bistrot qui semble appartenir à une autre époque ! Je l'ai découvert avec un très bon client américain, Bob Rubin, il y a longtemps, et j'y reviens régulièrement avec d'autres clients ou des amis.

"C'était le restaurant préféré de mon mari. Il y avait sa table, un peu à l'écart. Pendant des années, une fois par mois, il y retrouvait Raymond Devos et Raymond Moretti. Un véritable rituel.

"Une autre galerie que j'aime et où j'ai trouvé de sublimes Sturtevant. Je connaissais bien Elaine et je suis heureuse que Thaddaeus Ropac s'occupe à présent de son estate. Lui est aussi un ami cher.

"Depuis une dizaine d'années, je fréquente la boutique de Katia Biely qui conçoit des produits pour le visage et le corps. Elle a entre autre un sérum de rose, merveilleux, ce qui explique mon teint de pêche ! Elle a un discours sur la cosmétique très clair et une connaissance extraordinaire des plantes.

"Cet hôtel est un havre de paix, une adresse discrète située sur la très belle place des Vosges, la plus ancienne de Paris.

"Avant d'être fleuriste, Louis-Géraud Castor a travaillé dans le milieu de l'art, et cela se voit. Quand il compose un bouquet, il pense à Rothko, à l'abstraction, à l'épure japonisante, ses compositions sont toujours coloréeset graphiques.

Page 1 sur 2