Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

La route de Madison : Natacha Amal émouvante dans une belle histoire d'amour au Théâtre des Galeries

  • Rédigé par Jean-Claude Darman
1 avis
Sharing on Facebook
La route de Madison : Natacha Amal émouvante dans une belle histoire d'amour au Théâtre des Galeries © Leleux – De Beir

La pièce présentée en ce moment au Théâtre des Galeries à Bruxelles est tirée du bestseller de l'écrivain américain Robert James Waller (1939-2017), The Bridges of Madison County. Sorti en 1992, le roman fut traduit en 40 langues et se vendit à plus de 60 millions d'exemplaires.

L'histoire : un jour d'été Francesca Johnson se retrouve seule dans la ferme familiale. Son mari et ses enfants sont partis à une foire au bétail dans l'Illinois. Arrive le photographe Robert Kincaid qui lui demande sa route. Il est chargé par National Geographic de photographier les ponts couverts du comté de Madison. Francesca va le guider et un amour fou va s'abattre sur eux. Francesca ne pourra cependant pas se résoudre à abandonner sa famille. Les quatre jours qu'ils ont passé ensemble les marqueront à jamais.

En 1995 sortit un film éponyme réalisé par Clint Eastwood. Un film dont il était à la fois l'acteur, le réalisateur et le producteur. Meryl Streep tenait le rôle de Francesca ; il se dit qu'elle n'avait pas aimé le roman, mais avait été enthousiasmée par le scénario. Le film connut un grand succès. Ce fut une des plus belles love stories cinématographiques des années 90.

 

Une scène du film Sur la route de Madison avec Meryl Streep et Clint Eastood
Meryl Streep et Clint Eastwood dans le film Sur la route de Madison (1995) © DR


En ce qui concerne le spectacle des Galeries, on peut dire que les comédiens et le metteur en scène ont du mérite car, autant le roman de R.J. Waller pouvait aisément s'adapter au cinéma, autant il s'avère malcommode à transposer sur la scène d'un théâtre. L'adaptation théâtrale imaginée par Didier Caron et Dominique Deschamps est d'ailleurs davantage celle du film que du roman. C'est cette même adaptation qu'avaient jouée Alain Delon et Mireille Darc en 2007 au Théâtre Marigny à Paris.

 

Mireille Darc et Alain Delon dans la pièce de théâtre Sur la route de Madison en 1997 sur la scène du théâtre Marigny à Paris
© DR

 

Natacha Amal est sans conteste une femme extrêmement allurée. On a donc quelque peine à l'imaginer en exilée italienne devenue fermière dans l'Iowa. Mais la comédienne devient beaucoup plus convaincante et très émouvante dès l'instant où son personnage accepte l'amour-passion qui la submerge. Il y a là une belle montée en puissance. Steve Driesen campe le visiteur qui vivra en quatre jours une relation passionnelle qui l'habitera toute une vie.

 

Une scène de la pièce de théâtre Sur la route de Madison avec Natacha Amal et Steve Driesen au Théâtre des Galeries à Bruxelles 
©Leleux – De Beir 

 

L'acteur joue dans une retenue un peu froide, en léger décalage avec la ferveur amoureuse sensée le consumer. Enfin, Angelo dello Spedale Catalano incarne le mari qui ne soupçonnera jamais ni le bouleversement ni le sacrifice vécus par son épouse.
Le spectacle est signé Toussaint Colombani. C'est la première mise en scène de ce jeune comédien, réalisateur, producteur et elle est réussie. Tout à la fois précise et suggestive. Le décor de Ronald Beurms est fait de praticables déplacés plusieurs fois à vue par quatre machinistes.

 


Si le sujet de la pièce est universel, son traitement porte inévitablement une marque moralisatrice très « WASP » (White Anglo Saxon Protestant) américaine. L'action se déroule bien dans les années 60, mais sûrement pas dans l'optique du Flower Power. Le texte sonne parfois verbeux et tantôt certaines déclarations d'amour et de sacrifice tournent davantage vers la rhétorique que l'émotion. Une émotion néanmoins très poignante dans quelques scènes fort réussies, notamment celle où le couple s'enlace dans un slow d'une confondante tristesse sensuelle.

 

La rout de Madison
Théâtre Royal des Galeries
Galerie du Roi 32
1000 Bruxelles
Jusqu'au 1er mars
www.trg.be

 

Rédigé par Jean-Claude Darman