Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Eh bien, chantez maintenant !

  • Rédigé par Sarah Belmont
1 avis
Sharing on Facebook
Eh bien, chantez maintenant ! © DR/Shutterstock.com

Si la musique adoucit les moeurs, elle permet, virtuellement, de voyager. Depuis le début du confinement, les plus grands opéras du monde ont résolu de partager leurs archives en ligne. Alléluia !

Entre l'Opéra de Bavière et l'Orchestre philharmonique de Berlin (sur inscription), l'Allemagne donne le la. Transition, en douceur, vers la France grâce à la chaîne franco-allemande Arte concert, qui compte plus de 600 spectacles en streaming, dont une captation romaine de La Traviata de Verdi. Mise en scène : Sofia Coppola. Costumes : Valentino. Rien que ça !

 

 

L'Opéra de Paris vient de suivre le mouvement. « Rien ne remplacera jamais les émotions ressenties dans une salle de concert », précise son directeur Stéphane Lissner, « mais il est indispensable en ces temps difficiles que les gens puissent écouter de la musique et garder un lien avec [nous]. » « À (re)voir », comme l'indique le site : le cycle des symphonies de Tchaïkovski dirigé par Philippe Jordan, le ballet Giselle, Les Indes galantes de Rameau revisitées par Clément Cogitore...

 

 

Fort d'une centaine de concerts, le répertoire numérique de la Philharmonie de Paris impressionne tout autant. À l'intégral des symphonies de Beethoven, orchestrées par Bernard Haitink, répondent des entretiens audio avec d'illustres baguettes, tel Daniel Barenboïm, George Benjamin, ou Christoph Eschenbach. De même que l'Opéra royal de Wallonie, qui alimente son site tous les samedis, l'Opéra de Lyon met ses spectacles en ligne via Culturebox.

 

 

L'Europe garde le tempo. Covent Garden, alias la Royal Opera House (ROH) a lancé, de son côté, le programme Our house to your house. En Espagne, le Liceu de Barcelone s'appuie sur sa chaîne YouTube, tandis que le Teatro Real de Madrid invite à se connecter à la plateforme MyOperaPlayer avec le code OperaEnCasa pour découvrir ses productions. Le théâtre Bolchoï de Moscou égrène au compte-gouttes ses vidéos. La plupart ne sont disponibles que 24 heures.

Outre-atlantique, le Metropolitan Opera de New York procède de même, quoique le contenu de ses « Nightly Met Opera Streams », gratuit pendant 23h, reste accessible moyennant $4,99. En Amérique du Sud, le Teatro Mayor de Bogota propose le meilleur de sa programmation sur la plateforme Teatro Digital.

 

 

Il est également possible de faire le tour du monde en un clic. Sur OperaVision qui, avec 29 partenaires issus de 17 pays, s'impose comme le site de référence. Quelle idée originale que cette version karaoké de l'air de Papageno dans la Flûte enchantée de Mozart. Bravissimo !

Rédigé par Sarah Belmont