Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Me somewhere else

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Chiharu Shiota, Me Somewhere Else Chiharu Shiota, Me Somewhere Else © The artist & Blain/Southern.

Avec son impressionnante installation intitulée Me Somewhere Else, l'artiste japonaise Chiharu Shiota traite de la place de l'âme après la mort. Une œuvre poignante et infiniment poétique, à découvrir.

 Deux pieds blancs sont posés sur le sol : ils ont été moulés à partir des membres de l'artiste. S'élançant comme un puissant geyser, se déployant depuis les petits pieds jusqu'au plafond, un réseau de fils noués majoritairement rouges, çà et là parsemés de fils blancs et noirs, se déploie dans tout l'espace de la salle. D'emblée, le choc provoqué par la radiance du rouge s'avère spectaculaire et poignant, la couleur évoquant immédiatement le sang. Le regard s'égare alors dans les méandres mystérieux des fils qui sinuent comme les veines d'un corps, qui se tournent et se détournent comme les connections nerveuses du cerveau. 

 

Comparée à ses autres travaux, l'installation Me Somewhere Else livre une réflexion plus intime de l'artiste, due aux aléas de sa propre vie. En effet, l'œuvre a été présentée pour la première fois dans la galerie londonienne Blain/Southern en 2018, alors que l'artiste se battait contre un cancer. De cette situation est née une réflexion, et une certitude que son travail traduit avec force : si le corps meurt, l'âme reste. "Je sais que mon corps va mourir mais mon âme restera quelque part, confie l'artiste qui s'interroge pourtant. Quand mes pieds touchent la terre, je me sens connectée au monde, à l'univers (...). Mais où vais-je quand mon corps est parti ? Quand mes pieds ne toucheront plus jamais le sol ?" Une réflexion intime à l'origine, mais qui pousse à l'universel.

 

www.fine-arts-museum.be

Informations supplémentaires

  • Du: mardi, 26 novembre 2019
  • Au: dimanche, 09 février 2020
  • Location: Bruxelles
Rédigé par Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie