Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Les coulisses du gotha : les lunettes déformantes de Louis XV

  • Rédigé par Hugues Cayrade
2 avis
Sharing on Facebook
Louis XV, roi de France, portrait de Louis-Michel van Loo Louis XV, roi de France, portrait de Louis-Michel van Loo © Wikimedia Commons

On le sait assez peu, mais Louis XV portait des lunettes. Presbytie, myopie, astigmatisme, l'Histoire de France ne s'est pas longuement penchée sur les caractéristiques des problèmes oculaires dont le monarque était affecté, insistant en revanche sur les fréquentes crises de neurasthénie qui ont émaillé son règne et la timidité maladive qui éraillait sa voix au point qu'il rechignait à parler en public et déléguait parfois à ses ministres le soin de prononcer ses discours.

On pensera ici au roi George VI d'Angleterre, frappé, pour sa part, un siècle et demi plus tard, de bégaiement aigu et qui n'eût décemment pu prétexter d'avoir égaré ses lunettes au moment d'informer l'empire britannique qu'il déclarait la guerre à Hitler sur les ondes de la BBC... Louis XV n'aimait rien tant que la guerre, si ce n'était la marquise de Pompadour, née Jeanne-Antoinette Poisson, que, pour la petite histoire, le Roi ne connaissait pas encore quand il était dauphin.

 

Portrait de la marquise de Pompadour
La marquise de Pompadour © Wikimedia Commons 

 

 

Pour lui faire les yeux doux, peu importait alors que sa paire de bésicles soit rangée dans le tiroir d'on-ne-sait quelle commode. D'un naturel jaloux, Louis le « Bien-Aimé » voyait par contre d'un mauvais œil que le marquis de Choiseul, son ministre de la marine, soit aussi dans les petits papiers de la Pompadour. Sur ce point, un épisode de son règne est particulièrement révélateur. Tandis qu'il visitait les bureaux de la Guerre fraîchement réaménagés, le Roi avisa une paire de lunettes traînant sur une table. Comme il avait, cette fois encore, oublié les siennes, il voulut les essayer et, une fois les bésicles chaussées, lut un fascicule opportunément laissé à proximité, lequel faisait l'éloge de Choiseul. « Elles ne sont pas meilleures que les miennes, commenta le monarque. Elles déforment trop ! »

 

Portrait du marquis de Choiseul
Le marquis de Choiseul, portrait de Louis-Michel van Loo © Wikimedia Commons 

 

On raconte qu'affecté des mêmes faiblesses oculaires que son grand-père, Louis XVI conservait, quand il n'en faisait pas usage, ses lunettes en permanence au-dessus de sa tête, de sorte qu'il n'ait jamais à les chercher. Il ne dérogea à cette règle de bon sens qu'une seule fois : le 21 janvier 1793, à 10 h 22 précises. Il avait une excuse : sa tête venait de rouler dans la sciure.

Rédigé par Hugues Cayrade

Actualités liées