Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Dans la Cour des Grands : 2020, année luxembourgeoise !

  • Rédigé par Thomas de Bergeyck
1 avis
Sharing on Facebook
© Pool / Frédéric Sierakovski/Photo News © Pool / Frédéric Sierakovski/Photo News

Tout d'abord, permettez-moi de vous souhaiter, du fond du cœur, une somptueuse année 2020, qu'elle vous soit aussi équilibrée que son chiffre qui, il est vrai, n'a besoin que d'un petit trait central pour vous décerner la meilleure note !

Que de défis attendent nos « royaux d'Europe » en cette nouvelle année. Chez nous, c'est la politique qui aura fait le lit des tracasseries royales en 2019. Et ce n'est pas terminé : on attend toujours un exécutif en bonne et due forme au sommet de l'état ! À Londres, il s'agit d'oublier au plus vite cette seconde annus horribilis qui aura été pour la monarque de 93 ans une véritable épreuve : la santé devenue préoccupante de son consort d'époux, les dissensions avec son petit-fils Harry, le Brexit et ses épisodes à rebondissements, et bien sûr l'affaire Andrew-Epstein et ces liens entre le duc d'York et le défunt milliardaire américain abuseur de jeunes filles.

 

Le prince Andrew d'Angleterre en uniforme lors de sa dernière visite à Bruges, en Belgique 
Le prince Andrew lors de sa dernière visite à Bruges © 

 

Au Luxembourg également, l'année fut pénible : des soucis de santé pour la grande-duchesse Maria-Térésa, forcée d'écourter sa présence à plusieurs moments officiels suite à une opération au genou ; la disparition du patriarche, le grand-duc Jean, en avril dernier, souverain durant 34 ans, ancien héros de guerre et qui rendait si fier ses petits-enfants.

 

Le cercueil du grand-duc Jean du Luxembourg lors des funérailes
© Pool/Cour Grand-Ducale/Photo News 

 

Mais le rayon de soleil salvateur est apparu en même temps que la barbe blanche de Saint-Nicolas, le 6 décembre dernier : la grande-duchesse héritière attend un heureux événement ! Une aussi belle nouvelle prompte à raviver les cœurs meurtris d'une année par trop assombrie. Ainsi donc, les tourtereaux de l'an 12 ont-ils pris leur temps avant d'offrir un héritier à la dernière Cour grand-ducale de la planète.

La naissance est pour le mois de mai, et peu importe qu'il s'agisse d'un garçon ou d'une fille puisque de toute manière, en vertu de la modification du règlement interne de la Maison de Nassau du 20 juin 2011, il ou elle montera un jour sur le Trône. Si l'événement permet surtout au pays de se perpétuer au-delà d'Henri, puis de Guillaume, c'est avant tout une belle tranche de vie qui s'inaugure pour ce jeune couple d'une sympathie sans failles, toujours disponible pour évoquer « son » Luxembourg et, à plus forte raison, évoquer projets et quotidien au service du grand-duché.

 

Le prince Guillaume et la princesse Stéphanie du Luxembourg trinquent avec une flute de champagne pour la naissance de leur enfant
© Philippe Perusseau/Allpix/Photo News 

 

J'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de les côtoyer, au cours d'événements privés puis à l'occasion de leur mariage, que nous avions retransmis en direct depuis Luxembourg-Ville et dont l'émotion était telle qu'il nous a été demandé de poursuivre le direct, retardant ainsi, chose rarissime, le début du journal de 13 Heures. Puissent Guillaume et Stéphanie être des héritiers sereins, le devoir accompli. Mais d'abord et avant tout des parents comblés, car ils se préparent au plus joli des miracles.

 

 


 
Retrouvez un siècle d'indiscrétions dans les coulisses des cours du monde entier dans Chroniques royales
Thomas de Bergeyck
Éditions Jourdan
2018
Rédigé par Thomas de Bergeyck

Actualités liées

 

Dans la même catégorie