Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

De la Tasmanie au Danemark, le destin singulier de Mary de Danemark

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
La princesse Mary de Danemark est née en Tasmanie, une région australienne La princesse Mary de Danemark est née en Tasmanie, une région australienne © Dominique Jacovides/Bestimage/Photo News

Difficile d'imaginer rencontre aussi improbable...celle de l'héritier d'une des plus anciennes monarchies d'Europe et d'une ravissante tasmanienne née à l'autre bout du monde. Aujourd'hui, Margrethe II se réjouit car son fils a trouvé en Mary Donaldson une épouse et une future reine idéales.

Éminemment populaire dans son pays d'adoption, la princesse héritière affiche la quarantaine épanouie après quinze ans d'une union sans nuages. Née de parents écossais, le 5 février 1972, Mary Elizabeth Donaldson a grandi à Hobart, une cité de 220.000 habitants, chef-lieu de la Tasmanie jumelé avec Brest et l'Aquila, en Italie. Si l'on excepte un bref séjour au Texas alors qu'elle n'a que deux ans, l'Australie reste le port d'attache de la jeune fille, cadette d'une fratrie de quatre enfants. Elle étudiera le Français durant ses années de collège, tout comme la musique puisqu'elle s'adonne volontiers au piano, à la clarinette et à la flûte. Elle n'en délaisse pas pour autant le sport qu'elle pratique au sein des équipes féminines de basket et de hockey sur glace. Avec Frederik, elle s'initiera aussi aux joies du ski dans la station suisse de Verbiers.

 

Le couple héritier de Danemark : le prince Frederik et la princesse Mary
© Dominique Jacovides/Bestimage/Photo News

 

Une fiancée venue d'Australie

Après un diplôme en droit et en commerce à l'université de Tasmanie, et une spécialisation en publicité, elle part travailler à Melbourne. Elle démissionera quelques mois après le décès de sa mère pour entamer, en 1998, un voyage qui la conduit aux États-Unis et en Écosse où elle est embauchée durant quelques mois. De retour sur le continent australien, elle réintègre le monde professionnel mais à Sidney, cette fois. C'est dans cette ville qu'elle fait la rencontre de son époux, venu encourager les athlètes danois lors des jeux olympiques d'été de l'an 2000.

 

Portrait de la princesse Mary de Danemark
© Dominique Jacovides/Bestimage/Photo News

 

Ils se croisent le 16 septembre, très exactement, dans un pub baptisé le Slip Inn. Inutile de dire que Mary ne soupçonne absolument rien quant à l'identitié de ce charmant interlocuteur qui lui fait les yeux doux. Toutefois, avant d'entamer une cour assidue par un échange de mails, d'appels, de lettres et de courtes escapades, Frederik la lui révéle, ce qui ne semble pas l'effrayer outre mesure...mais a-t-elle conscience des implications d'un pareil flirt ?

L'idylle se poursuit sous les meilleurs auspices et, en 2002, Mary décide de se rapprocher et vient enseigner l'Anglais à Paris. Un an plus tard, la reine Margrethe donne son accord à un conseil d'état tenu le 8 octobre 2003. Ce même jour, le couple se fiance officiellement et une bague composée d'un diamant et de rubis baguette symbolisant le drapeau danois vient sceller l'engagement historique. Mary qui accepte un emploi provisoire dans une firme basée à Copenhague, s'attèle avec enthousiasme à l'apprentissage du Danois, ce qui est loin d'être une sinécure.

 

Le couple héritier, le prince Frederik et la princesse Mary de Danemark défilent devant la foule dans une calèche en tenue officielle
© Bestimage/Photo News

 

Mais la princesse en devenir ne se laisse pas démonter et, le 14 mai 2004, c'est presque bilingue qu'elle remonte la nef de la cathédrale de Copenhague,au bras de son père, John, qui, en bon écossais, a revêtu le kilt. Visiblement très ému, Frederik ne peut retenir ses larmes. Parfaite diplomate, Mary a choisi une robe du designer danois Uffe Frank. Elle porte un léger diadème récemment acheté par la Reine pour sa bru et un voile de dentelle irlandaise ayant appartenu à Margaret de Connaught, mère de la reine Ingrid, aïeule maternelle du marié, décédée quatre ans plus tôt.

Trois rois, cinq reines, une impératrice, le couple grand-ducal de Luxembourg, l'Aga Khan et une myriade de princes assistent aux cérémonies en habits de gala, robes longues et joyaux étincelants, comme la tradition des cours nordiques le prescrit. Le couple s'envolera pour l'Afrique en voyage de noces. Á leur retour, il s'installe à la maison de la Chancellerie, dans le parc du château de Fredensborg.

 

La princesse Mathilde de Belgique et la princesse Mary de Danemark
© Philip Reynaers/Photo News

 

Bientôt, le palais de Frederik VIII, l'une des quatre ailes d'Amalienborg est mis à leur disposition. Les princes héritiers cabotent le long des côtes à bord du Dannebrog, le yacht royal, à la rencontre des Danois. Ils n'oublient pas le Groenland et les îles Féroé qui leur réservent un accueil coloré et joyeux. Frederik est fier come Artaban et Marie rayonne. Très vite, un heureux événement est annoncé et le prince Christian nait le 15 octobre 2005. Il sera suivi par la princesse Isabelle qui voit le jour le 21 avril 2007 et reçoit la reine Mathilde et la princesse Alexia de Grèce comme marraines. Quatre ans plus tard, les jumeaux Vincent et Isabelle, nés le 8 janvier 2011, viennent couronner un bonheur complice.

Ambassadrice plébiscitée

Pas toujours facile de trouver sa place dans l'organigramme d'une famille royale. Là aussi, Mary s'en tire avec honneur. Elle a suivi son instinct et a accordé son patronage à des causes qui la motivent, jetant parfois des ponts entre le Danemark et l'Australie. La Princesse dont la mère est décédée prématurément, victime de problèmes au coeur, soutient depuis longtemps les services cardiaques de l'hopital Saint-Vincent de Sidney. Depuis peu, le centre de recherches contre le cancer de Westmead, dans la même ville, porte le nom de Mary, en remerciement de son engagement dans la prévention du cancer de la peau, un fléau en Australie qui se généralise en Europe.

 

La princesse Mary de Danemark et ses enfants
© Bestimage/Photo News

 

Mère de quatre enfants, elle est sensible au problème de l'obésité et parraine des projets visant à favoriser une alimentation plus équilibrée combinée à la pratique du sport. De même, elle a importé d'Australie un programme visant à lutter contre le harcèlement à l'école. Grâce aux donations reçues à l'occasion de son mariage, soit plus d'un million de couronnes danoises, la Princesse a instauré un fonds visant à aider les personnes exclues de la société en raison de handicap, de maladie ou d'ennuis financiers.

 

Le prince Frederik et la princesse Mary de Danemark passe les troupes anglaises en revue avant un dîner de gala
© Bestimage/Photo News

 

Si elle s'intéresse à l'art, initiant la redécoration du palais par des artistes contemporains, elle sert également au mieux la mode danoise, le troisième secteur économique du pays. Sa silhouette de rêve qu'elle entretient grâce au jogging, à la natation et au golf, en fait un mannequin de choix, une ambassadrice de premier plan déjà élue plusieurs fois parmi les femmes les mieux habillées au monde par le magazine Vanity Fair, la bible pour ce genre de hit-parade ! C'est donc en toute légitimité qu'elle préside chaque année le sommet de la mode de Copenhague, braquant une fois de plus les projecteurs sur son pays. Depuis 2004, les organisations parrainées par la Princesse se félicitent d'ailleurs de son implication et du retour médiatique que sa présence génère. Pour lui exprimer sa confiance, la Reine a octroyé à Mary le droit de devenir régente si elle devait s'absenter avec le prince héritier en dehors des frontières nationales. Depuis janvier, la Princesse séjourne en Suisse en compagnie de ses quatre enfants, en apprentissage scolaire, sans en oublier son rôle qu'elle remplit à la perfection.

Au pays des vikings, Mary s'est affirmée comme le meilleur atout de Frederik et le futur du royaume du Danemark !

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées