Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Les 80 ans de Constantin II, roi des Hellènes

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
Les 80 ans de Constantin II, roi des Hellènes © DR

Bien qu'annulé en raison de la crise sanitaire, le mariage de la princesse Théodora de Grèce dans le cadre enchanteur de l'île de Spetses avait à nouveau braqué les projecteurs sur cette famille royale qui a connu l'exil durant près de 39 ans.

En effet, le dernier souverain, prénommé Constantin, fut contraint de quitter le pays le 14 décembre 1967 bien qu'officiellement, il continua à être roi des Hellènes jusqu'au 1er juin 1973 ! Il fête aujourd'hui ses 80 ans à Porto Heli où il s'est installé depuis 2006.

Le sort de la famille royale illustre à quel point la situation de la Grèce n'a cessé d'être précaire depuis la création du pays tel que nous le connaissons en 1822. Et cela mérite un petit survol historique ! Si l'indépendance n'est entérinée par les grandes puissances qu'en 1830, le territoire est élevé au rang de royaume en 1832 et confié à la gouvernance du prince Otton de Bavière qui devient sur ces entrefaites le premier roi de la Grèce moderne.

 

Le roi Constantin et la reine Anne-marie de Grèce
© DR

 

Déposé en 1862, il s'installe à Bamberg alors que le prince Georges de Danemark est désigné pour lui succéder, ce qui n'est pas pour déplaire aux Grecs qui espèrent que ce beau-frère du futur tsar de Russie et du futur roi de Grande-Bretagne, marié lui-même dés 1867 à une grande-duchesse de Russie, apportera une stabilité fortement souhaitée. Le premier acte fort de ce prince venu du Nord est d'octroyer à ces sujets une Constitution avec suffrage universel. D'emblée, la nation respire et les cinquante années de règne de Georges Ier seront on ne peut plus bénéfiques à son développement. En 1913, toutefois, le souverain meurt assassiné, à la veille du premier conflit mondial.

 

Le roi et la reine en Grèce sur leur bateau
© Maison royale de Grèce

 

Á partir de ce moment, la Grèce va traverser des temps troublés et les années d'exil vont succéder à des périodes de règne particulièrement chahutées. Ainsi le roi Constantin Ier assumera le pouvoir par deux fois avant de mourir à Palerme en 1923. Destitué en 1922, il avait confié le trône à son fils le prince Georges qui, lui-même, règnera de 1922 à 1924 puis de 1935 à 1947. À cette date lui succède son frère, le prince Paul, qui sera roi des Hellènes entre 1947 et 1963. Il tente bien de surnager dans un climat politique délétère mais sa propension à l'interventionnisme ne facilite pas les choses. Son épouse, la reine Frederika, une petite-fille de l'Empereur Guillaume II d'Allemagne, fut elle aussi accusée d'ingérence, à tort ou à raison. Quand leur fils, le jeune Constantin accède au trône, il bénéficie d'un capital de sympathie très élevé mais son rôle dans le problème de l'Apostasie qui survient en juillet 1965 fut très critiqué et contribua à la détérioration de la situation politique qui aboutira au coup d'état du 21 avril 1967.

 

Le roi, la reine et leurs enfants, la famille royale de Grèce
© Maison royale de Grèce

 

Le souverain, contraint ou imprudent, reconnait assez rapidement le Régime des Colonels qui n'admet aucune initiative du jeune Constantin. Ce dernier, encouragé par le Président des Etats-Unis, tente de renverser le régime dictatorial mais échoue. Il doit quitter le territoire et s'envole finalement pour Rome avec sa famille.

Á sa naissance déjà, les nuages n'allaient pas tarder à s'amonceler par-dessus la Grèce puisqu'il a à peine un an quand les Nazis envahissent le pays et que ses parents doivent fuir d'abord pour l'Egypte puis pour l'Afrique du Sud où ils élisent résidence à Cape Town. Constantin a déjà une sœur Sophie, née en 1938. Une autre, prénommée Irène, verra le jour en 1942. Quand son père est intronisé en 1947, il devient prince héritier ou diadoque mais cette situation ne change pas radicalement son éducation qu'il partage en toute simplicité avec ses condisciples.

Á l'université, il suit des cours de droit mais ce sont davantage ses exploits sportifs qui font la une de l'actualité puisque le diadoque obtient une médaille d'or en voile aux Jeux Olympiques de Rome en 1960. Le Prince s'illustre aussi en natation, est ceinture noire de karaté et s'intéresse au squash et à l'équitation.

 

Le roi Constantin de Grèce pratiquant le karaté avec le roi Juan Carlos d'Espagne
Le roi Constantin qui essaie d'en imposer à Juan-Carlos fut ceinture noire de karaté © DR

 

Le 18 septembre 1964, Athènes vit à l'heure du mariage de Constantin avec la princesse Anne-Marie, une fille du roi Frederik IX de Danemark, et donc une lointaine cousine. Le couple a deux enfants (la princesse Alexia née en 1964 et le prince Pavlos né en 1967) quand il quitte la Grèce pour se fixer à Rome.

Plus tard, ils achèteront une résidence dans l'agréable quartier de Hampstead, à Londres, que les souverains ont vendue récemment. Le Roi qui a connu des relations houleuses avec les différents gouvernements grecs a pu rentrer quelques heures dans son pays pour les funérailles de sa mère la reine Frederika, en 1981. Toutefois, pendant bien longtemps, sa présence ne fut pas souhaitée par une classe politique lui reprochant de ne pas s'acquitter de l'impôt foncier alors même qu'il ne pouvait jouir de ses propriétés et poser un pied sur le sol grec.

En 1992, Constantin conclut un accord avec le gouvernement. Il cède toutes ses terres qui sont érigées en fondation en échange du domaine de Tatoï où sont enterrés ses parents et d'objets à caractère privé restés en Grèce après la proclamation de la république.

 

Le couple royal de Grèce et ses petits-enfants sur un bateau
Le couple royal et ses petits-enfants © Maison Royale de Grèce 

 

En 1994, la classe politique revient sur sa décision et reprend les propriétés royales, refusant au souverain la citoyenneté grecque sous prétexte qu'il n'a pas de patronyme. Constantin portera plainte devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme et obtiendra gain de cause pour ses domaines. Il ne les récupérera pas mais recevra une somme utilisée pour créer la Fondation reine Anne-Marie, au profit des victimes de catastrophes naturelles.

Aujourd'hui, le souverain qui a toujours dans sa titulature le titre de prince de Danemark voyage librement en Grèce grâce à un passeport délivré par les autorités danoises. Il a acheté une villa sur les bords du golfe saronique mais continue à entretenir des relations très étroites avec la famille royale britannique. N'est-il pas le parrain du prince William ? Proche de sa sœur, la reine Sophie d'Espagne, et de la famille de son épouse, sœur de la reine Margrethe II de Danemark, le souverain grec est invité à tous les grands événements du gotha mais a rencontré depuis 2018 d'importants problèmes de santé qui l'obligent à se déplacer en fauteuil roulant. Son fils, le diadoque Pavlos, a épousé Marie-Chantal Miller en 1995. Le couple a cinq enfants dont les prénoms évoquent la mythologie grecque. Nés en dehors de cette patrie qu'ils ne connaissent et davantage intéressés par les mondanités, ils ne jouent aucun rôle significatif sur le devant de la scène d'un pays qui a pourtant bien besoin que l'on s'occupe de lui.

Rédigé par Christophe Vachaudez