Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Ces bijoux ont une histoire

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
2 avis
Sharing on Facebook
Ces bijoux ont une histoire © DR

En dépit des conditions qui accompagnent désormais le calendrier des ventes, pandémie oblige, les grandes maisons continuent à nous proposer leur lot de trésors. Les grandes ventes de bijoux de novembre qui animaient autrefois Genève ne font pas exception même si elles se déroulent aujourd'hui principalement en live !

Mais les surprises sont bien au rendez-vous et quelques provenances prestigieuses ne manqueront pas d'attiser les enchères. Ainsi, Sotheby's propose une très jolie broche de style Art déco timbrée d'un saphir cabochon de 25,20 carats qui a appartenu à la reine Victoria-Eugénie d'Espagne. Cette petite-fille de la reine Victoria qui épousa le roi Alphonse XIII en 1906 collectionna les plus élégants bijoux sa vie durant. Á son décès, ils furent répartis entre ses trois fils et ses deux filles. Cette broche signée Cartier et datée de 1933 qui est déjà passée en vente chez Sotheby's, à New York, en avril 1999, fut portée pour la dernière fois par la souveraine en février 1968 quand elle revint brièvement en Espagne pour le baptême de son filleul et arrière-petit-fils l'infant Felipe. Á cette occasion, la duchesse d'Albe, également sa filleule, organisa une réception en l'honneur de la Reine qui choisit d'épingler cette broche Art déco pour éclairer sa tenue.

 

La broche art déco Cartier ayant appartenue à la reine Victoria-Eugénie d'Espagne vendue par Sotheby's 
La reine Victoria-Eugénie d'Espagne portant la broche acquise chez Cartier en 1933 © DR

 

Lors de la même vacation du 11 novembre, Sotheby's offrira à la vente une rare parure de la fin du XVIIIe siècle sertie d'un ensemble unique d'émeraudes de Colombie. Elle comprend un collier, deux broches et deux admirables girandoles. D'après des inventaires d'époque, on apprend qu'elle fut un cadeau de Manuel de Guirior y Portal, vice-roi du Pérou, à son épouse Dona Maria Ventura de Guirior y Otazu. Finalement, impossible de ne pas mentionner un fabuleux diamant rose de 14,83 carats, d'origine russe, qui a été estimé entre 23 et 38 millions de dollars et qui promet d'affoler le marteau.

 

Le collier de diamant vendu chez Christie's porté par la princesse Cécile de Prusse
La princesse Cécile de Prusse portant ce collier de diamants vendu chez Christie's © DR

 

Chez Christie's, c'est un collier en diamants sorti des ateliers du joaillier Bolin, à Saint-Pétersbourg, qui retiendra l'attention. Estampé du poinçon de Vladimir Finikov, il fut réalisé vers 1905 et acquis par le grand-duc Michel de Russie, fils du tsar Nicolas Ier pour le mariage de sa petite-fille la duchesse Cécile de Mecklembourg-Schwerin. Cette dernière s'unit cette même année au prince Wilhelm de Prusse, fils aîné de l'empereur Guillaume II. Ce collier fut confié par l'un de ses descendants à la célèbre enseigne britannique.

 

Les bracelets de rubis vendu chez Christie's et la Maharani Sita Devi de Baroda
Maharani Sita Devi de Baroda et ses bracelets vendus chez Christie's © DR 

 

Durant la même vente du 10 novembre, on pourra admirer une paire de bracelets créée par Verger Frères, une maison qui travailla notamment en étroite collaboration avec Van Cleef & Arpels. Serti de 240 rubis cabochon, ils faisaient partie de la riche collection de la maharani Sita Devi de Baroda. L'épouse du maharadjah Gaekwar qui avait coutume de fumer le cigare menait une vie plutôt extravagante entre Monté Carlo et Paris. Elle continua d'utiliser son titre après son divorce en 1956. En 1974, confrontée à des problèmes financiers, elle mit aux enchères 47 bijoux au Crédit municipal de Monaco. On retrouve dans le catalogue les deux bracelets de rubis qui nous occupe. Son fils unique surnommé Princie se suicida en 1985, alors qu'il venait de fêter ses 40 ans. La maharani mourut en 1989. Enfin, à la vente de Londres, un diadème sans provenance ne laisse d'intriguer mais nul doute que ces gracieuses guirlandes feuillagées séduiront plus d'un colectionneur !

 

Diadème porté par la princesse Eugénie de Grèce
Diadème porté par la princesse Eugénie de Grèce le jour de son mariage avec le prince Dominik Radziwil © DR

 

Par contre, celui vendu à Chicago bénéficie du plus avantageux des curriculum vitae. La salle de ventes Hindman met en effet aux enchères le 7 décembre une pièce historique coiffée par la princesse Eugénie de Grèce le jour de son mariage aux Invalides avec le prince Dominik Radziwill, le 30 mai 1938. Le diadème qui fut acheté en 1908 en prévision des noces de l'archiduchesse Renata d'Autriche et du prince Jérôme Radziwill. Ils étaient les parents de Dominik, avec qui la princesse Eugénie eut deux enfants, Georges et Tatiana, la meilleure amie de la reine Sofia d'Espagne.

 

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées