Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Les Origines du monde, l'invention de la nature au XIXe

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Anne Coster (1744-1818) Panaches de mer, lithophytes et coquilles Paris, musée du Louvre. Anne Coster (1744-1818) Panaches de mer, lithophytes et coquilles Paris, musée du Louvre. © MUSÉE DU LOUVRE, DIST. RMN-GRAND PALAIS, ANGÈLE DEQUIER

Quel rapport y a-t-il entre un éléphant naturalisé, un Lustre radiolaire, un Paysage géognostique, la représentation du Chaos primordial et le plus célèbre sexe de la peinture occidentale ?

Reprenant le titre de cette toile peinte par Gustave Courbet en 1866, l'exposition du musée d'Orsay entend raconter "les origines du monde" théorisées, sous l'emprise du darwinisme, au XIXe siècle. Soit "la nature dévoilée par la science", recensée, ordonnée, classifiée..., mais aussi réinventée par les artistes fascinés par la diversité de ses formes et de ses métamorphoses, de ses mondes minuscules et de ses "abîmes inexplorés" (1).

A la croisée des arts et des sciences, cette exposition aux allures de gigantesque cabinet de curiosités nous donne à voir la nature, tour à tour répertoire et créatrice de formes. De la fascination exercée sur les artistes par la beauté géométrique des cristaux et des organismes microscopiques ou de celle des formes embryonnaires et unicellulaires que l'on verra s'insinuer et proliférer, entre autres "fantaisies phylogénétiques" dans les univers flottants et indéfinis d'Alfred Kubin et d'Odilon Redon.


(1) Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers.

Les Origines du monde
Musée d'Orsay
www.musee-orsay.fr

Informations supplémentaires

  • Du: vendredi, 22 janvier 2021
  • Au: vendredi, 14 mai 2021
  • Location: Paris
Rédigé par Rédaction

Actualités liées