Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

All I Want

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Maria Helena Vieira da Silva (1908-1992), La Scala ou les yeux, 1937, huile sur toile, Collection Galeria Jeanne Bucher Jaeger, Paris. Maria Helena Vieira da Silva (1908-1992), La Scala ou les yeux, 1937, huile sur toile, Collection Galeria Jeanne Bucher Jaeger, Paris. © JEAN-LOUIS LOSI

Comment la femme artiste s'est-elle représentée au Portugal depuis l'an 1900 jusqu'à l'époque actuelle ? Au cœur de l'exposition All I Want (Tout ce que je veux), cette question convoque une pluralité de représentations.

Si la femme peuple l'imaginaire des artistes depuis des siècles, derrière le chevalet la tendance s'inverse. Pour preuve : beaucoup sont incapables de citer quelques noms de femmes peintres ou sculpteurs. Si l'essentiel de l'histoire de l'art a été écrit au masculin, on observe fort heureusement une multitude d'initiatives offrant un changement de point de vue. Démonstration avec cette exposition s'articulant autour d'une question centrale : "Comment les femmes artistes au Portugal se sont-elles représentées de 1900 à nos jours ?". Le parcours interroge généralement l'image qu'elles ont construite d'elles-mêmes. En filigrane, une seconde interrogation : "Avec quels statuts, quelles subtilités, quels masques ou quelles provocations ont-elles répondu au regard que la société portait sur elles ?".

Point de départ, l'autoportrait d'Aurélia de Souza (1900). Symbole d'une volonté de s'affirmer en tant que femme artiste, cette toile éclaire d'emblée l'image qu'elle entend donner d'elle-même. Mais la sélection ne se cantonne pas à l'autoportrait... Les œuvres réunies insistent sur la pluralité des expressions à travers des langages plastiques innovants mais aussi sur la variété des représentations. Tous les aspects de leur vie sont figurés (professionnel, politique, domestique, affectif...).

Des femmes artistes de premier plan sont alignées : Maria Helena Vieira da Silva, Lourdes Castro, Paula Rego, Ana Vieira, Salette Tavares, Helena Almeida, Joana Vasconcelos, Leonor Antunes... D'autres, moins connues mais tout aussi pertinentes, viennent compléter la démonstration qui totalise quelque quarante signatures explorant une large palette de médiums (peinture, sculpture, dessin, objet, livre, installation, film, vidéo ou audio). Une exposition aux allures de large cartographie des intérêts, des préoccupations et des luttes menées par ces femmes portugaises, artistes agissantes qui ont osé prendre en main leur destin et occuper de plein droit la place qui leur revient.

Tout ce que je veux, Femmes artistes portugaises de 1900 à 2020
BOZAR, Bruxelles
www.bozar.be

 

Informations supplémentaires

  • Du: lundi, 22 février 2021
  • Au: lundi, 31 mai 2021
  • Location: Bruxelles
Rédigé par Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie