Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Anniversaire qatari

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
0 avis
Sharing on Facebook
La cheika Mozah et le duc d'Edimburg à l'occasion du Jubilé de Diamant de la reine Elizabeth en 2012. La cheika Mozah et le duc d'Edimburg à l'occasion du Jubilé de Diamant de la reine Elizabeth en 2012. © Droits réservés

Omniprésente sur la scène mondiale depuis l'ascension subite du Qatar au rang des grandes puissances économiques du globe, la cheikha Mozah bint Nasser al-Missned fête en ce mois d'août ses 55 ans. L'occasion d'évoquer la vie peu connue d'une personnalité désormais incontournable.

Fille de l'opposant réformiste Nasser al-Missned, elle s'unit au cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani en 1977, afin de sceller une réconciliation entre les deux hommes. Si il s'agit d'un mariage de raison et si elle n'est que la troisième épouse de l'émir, elle parviendra pourtant à s'imposer et à faire modifier l'ordre de succession pour que son fils, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, accède au trône qatari.

En 2009, la cheika Mozah lors de la cérémonie officielle pour son entrée à l'Académie des Beaux Arts de l'institut de France © Getty images & Reuters

 

Diplômée en sociologie, elle lance la fondation pour l'éducation destinée à promouvoir la famille et à sensibiliser ses compatriotes au patrimoine et aux réformes entamées par le gouvernement. Elle s'est investie dans la création de plusieurs écoles privées de haut standing et d'institutions pour jeunes enfants tout en patronnant des programmes éducatifs à travers le monde.

Entrée dans le top 100 des femmes les mieux habillées du monde, la Cheikha portait en 2011 une scintillante robe blanche griffée Chanel © Droits réservés

 

La Cheikha qui navigue entre modernité et tradition est classée parmi les femmes les mieux habillées au monde. Elle participe à de nombreux congrès et, en 2009, elle a été reçue à l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France, en tant que membre étranger. On lui a notamment décerné le prix Georges Bush et la médaille du Carnegie pour la philanthropie. Elle s'implique également dans des campagnes pour améliorer la santé des populations les plus exposées. Bien que son mari ait abdiqué en 2013, la cheikha Mozah demeure un interlocuteur de premier plan et est toujours très présente dans la vie officielle du pays.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Dans la même catégorie