Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Formé à l'école secondaire artistique Saint-Luc Tournai, ce créateur trentenaire, passionné par les techniques d'ébénisterie anciennes, donne un nouvel élan au mobilier contemporain.

Les Kraemer s'y étaient essayés. Tout comme Marella Rossi, de façon régulière, dans la galerie de son père... C'est à présent au tour de Guillaume Léage de twister son mobilier du XVIIIe siècle avec des œuvres d'art contemporain.

"À deux pas de la place Brugmann, un magasin de mobilier d'intérieur exceptionnel. Jean-Claude Jacquemart est un homme à l'oeil incroyable, qui a des objets fascinants et qui arrive à faire des associations magnifiques.

Philippe Rapin a eu la chance de connaître Robert Goossens au soir de sa vie. Régulièrement, il lui rendait visite pour l'entendre lui raconter ses souvenirs : comment il avait travaillé pour Christian Dior, Cristobal Balenciaga et surtout Gabrielle Chanel.

L'objet tient plus de la sculpture que du fauteuil... Et pourtant on peut s'asseoir dans l'Aspirale (photo), création iconique et ludique née dans la tête de Louis Durot en 1968. Deux ans auparavant, l'ancien chimiste devenu l'assistant de César avait découvert à ses côtés les potentialités de la mousse de polyuréthane.

"À Marrakech, tout le monde connaît Orenzo et ses créateurs : Pascale, sa fille Sandra et son fils Laurent. Ils ont eu l'idée géniale de reproduire en fer, à l'identique, des cactus. Le succès a été immédiat. Non seulement c'est ludique, mais c'est aussi très décoratif.

Cofondateur de Liberty Vintage, Benjamin, trentenaire, a créé cette entreprise il y a un peu plus d'un an. Son but ? Vous aidez à réaliser le mariage de vos rêves grâce à un mobilier digne des comptes Pinterest ou Instagram les plus prisés.

"Maylis Queyrat et Charles Tassin ont comme moi un attachement pour les Seventies, qui se devine tout de suite quand on voit les objets et le mobilier qu'ils exposent.