Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Pour ouvrir sa saison 2021, le Centre d'Art contemporain du Luxembourg belge réunit quatorze artistes : Elise Claudot, Arthur Delhaye, Igor Dieryck, Naomi Gilon, Maxime Gougeon, Amine Jaafari, Lucas Leffler, Marie Aude, Emile Pierret, Julie Roland, Cléo Totti, Laurent Trezegnies, Carole Wilmet et Jérôme Wilot Maus.

Rien de mieux qu'un parcours guidé par l'histoire de l'art pour se changer les idées. À partir du 18 mai, rendez-vous rue du faubourg Saint-Honoré chez Philippe Perrin pour commencer la flânerie, tout en se cultivant.

"Je suis un consommateur frénétique de livres. J'adore aller chez Filigranes, référence du quartier européen. C'est impossible de visiter les rayons et de repartir sans acheter quelque chose.

"Plutôt que de parler des grandes galeries que tout amateur connaît, je préfère mettre à l'honneur le galeriste Olivier Castaing, commente en experte Arabelle.

Le confinement n'a pas eu que des conséquences désastreuses... Il a permis aussi de faire naître de nouvelles aventures professionnelles. Exemple avec le duo pétillant que forment aujourd'hui Arabelle Reille et Péri Cochin.

En ces temps compliqués où voir de l'art relève du parcours du combattant, déambuler sur l'avenue George V parsemée d'une dizaine de sculptures monumentales de Manolo Valdès ne se refuse pas.

L'œuvre ne passe pas inaperçue : un œuf de dinosaure géant trône devant le Louvre. Rachid Khimoune en est l'auteur.

Réunissant plus de cent œuvres, cette exposition met en évidence l'approche interdisciplinaire développée par Niki de Saint Phalle (1930-2002).

Comment vivait-on concrètement, à l'époque romaine, dans Rome mais aussi dans l'Empire ? À l'occasion d'un prêt exceptionnel de 250 chefs-d'œuvre du British Museum de Londres, le musée gallo-romain de Tongres tente de répondre à cette question et à bien d'autres que se posent petits et grands.

"C'est l'espace où se trouve La Peau de l'ours. Il s'agit d'un ancien centre commercial des années 1970, du côté de la Bascule, recon-verti en espace d'exposition d'art contemporain.