Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Installé dans le quartier de la Chasse dans un showroom lumineux, Jukebox Clothes veut nous aider à réorganiser nos penderies. Depuis un an, la start-up de location de vêtements se bat pour une mode plus juste et durable, mais tout aussi chic.

Installé dans le quartier de la Chasse dans un showroom lumineux, Jukebox Clothes veut nous aider à réorganiser nos penderies. Depuis un an, la start-up de location de vêtements se bat pour une mode plus juste et durable, mais tout aussi chic.

Louer des vêtements n'est pas vraiment le premier réflexe que l'on pourrait avoir quand vient le temps d'habiller des bébés ou de jeunes enfants. C'est pourtant l'idée qu'a eue Anna Balez en lançant Tale Me. Surprenant de prime abord, le concept est pourtant intéressant et interpellant quand on y regarde de plus près. Car finalement, pourquoi se ruiner dans de très beaux vêtements de nourrissons qui ne seront portés que quelques mois au maximum ? Pourquoi s'encombrer ensuite d'une collection d'habits devenus très vite trop petits ? Les revendre en second main ? Oui, mais à quel prix ? Les jeter ? Par les temps qui courent, difficile de s'y faire...

Il était une fois... Quand elle avait 5 ans, Anna Balez a lu avec intérêt dans une revue pédagogique qu'on pouvait réchauffer Mars. Sentant déjà avec les connaissances d'un enfant que la terre ne tournait pas rond avec son système de consommation à gogo, elle trouvait que cela pouvait devenir un bon endroit pour se réfugier au cas où la terre n'est plus viable. Donc Anna Balez créa Tale Me en 2014.