Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Au-delà de la personnalité très différente des deux candidats à la présidence des Etats-Unis, les élections du 3 novembre prochain prennent place au cœur d'une des pires récessions qu'ait connue le pays. Pour autant, la réactivité des autorités à travers une forte augmentation des dépenses publiques (près de 2800 milliards de dollars depuis mars 2020) en direction des entreprises et des ménages, ainsi que des actions de la banque centrale telles qu'une baisse des taux massives et des achats d'actifs ont permis de faire que la situation économique actuelle ne soit pas un réel enjeu électoral.

La résilience et les valorisations actuelles tranchent avec la chute de 2008. Plusieurs facteurs de soutien, dont la présence marquée des fonds d'investissement, expliquent cette tendance.