Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Les Romanov en majesté à Buckingham Palace

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
Les Romanov en majesté à Buckingham Palace © DR

Jouxtant Buckingham Palace, la galerie de la Reine présente l'une des expositions les plus significatives d'une histoire déjà longue.

Avec la Russie comme point d'orgue, les relations existant entre les Romanov et la famille royale britannique forment les grilles d'un kaléidoscope riche en souvenirs et en oeuvres d'art. Toutes issues de la Royal Collection, elles illustrent les cadeaux échangés entre deux nations mais surtout ceux légitimés par des liens familiaux étroits, particulièrement durant l'ère victorienne.

 

© DR 

 

Quand elle monte sur le trône en 1838, la reine Victoria a eu des échos feutrés de Russie car l'une de ses tantes, Julianne de Saxe-Cobourg-Saafeld a épousé le grand-duc Constantin, fils du tsar Paul Ier. Mais le couple est tellement mal assorti qu'il obtient le divorce... un vrai scandale à l'époque. On évite même d'en parler !

 

© DR 

 

Durant son règne, quatre tsars règneront sur la Russie... mais les choses vont bien plus loin. Ainsi, l'épouse du fils aîné de Victoria, née Alexandra de Danemark, a pour soeur la tsarine Maria Feodorovna, épouse d'Alexandre III. Le fils de la Reine, Alfred, titré duc d'Edimbourg, s'unit en 1874, à Saint-Pétersbourg, à la grande-duchesse Marie, fille unique du tsar Alexandre II.

 

© DR 

 

Enfin, trois petites-filles de la souveraine convoleront avec des membres de la maison des Romanov. Elisabeth de Hesse épouse le grand-duc Serge, Victoria-Mélita de Saxe-Cobourg-Gotha, le grand-duc Cyrille, et Alix de Hesse, le tsar Nicolas II, une histoire d'amour qui finira en cauchemar.

 

 
© DR 

 

Á la chute de l'empire russe, les Windsor qui se sont peu impliqués dans le sauvetage de la famille impériale essaie toutefois de faire amende honorable, accueillant notamment la grande-duchesse Xenia qui résidait à Frogmore Cottage, dans l'enceinte du domaine de Windsor. La reine Mary rachète aussi quelques bijoux dont le célèbre diadème de la grande-duchesse Vladimir, et des objets signés Fabergé afin que les propriétaires spoliés puissent rapidement profiter de liquidités.

 

© DR 

 

Les grands portraits officiels aux cadres ouvragés et des vases en malachite à taille humaine côtoient donc des lettres intimes, réminiscences d'une époque défunte, de délicates aquarelles, des photos et des scènes qui, au quotidien, ont rythmé la vie de cour tant en Grande-Bretagne qu'en Russie. L'incursion est rendue unique par la source même des pièces exposées, un plongeon spatio-temporel grandiose et émouvant à la fois.

Rédigé par Christophe Vachaudez