Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Philippe et Mathilde à l'heure brésilienne

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
0 avis

Même en pleine négociation gouvernementale, le Roi n'a pas hésité à traverser l'Atlantique pour encourager les Diables rouges, emmenant dans son sillage son épouse, deux ministres et des membres de la Fédération belge de football.

Philippe et Mathilde furent donc les témoins ravis de la victoire de l'équipe nationale, laissant volontiers éclater leur joie devant des objectifs avides de clichés royaux aussi spontanés. Les souverains ne manquèrent pas de féliciter les joueurs et de se prêter à quelques séances de photos informelles dans la bonne humeur générale.

L'histoire fut aussi au rendez-vous car les allusions à la Belgique ne manquent pas à Rio, à commencer par une statue du roi Albert Ier et une avenue reine Elisabeth reliant Copacabana à Ipanema. Il est vrai que les aïeux du roi Philippe furent les premiers chefs d'état à visiter le Brésil. Ils reçurent donc un accueil triomphal baptisé à l'époque 'Le delirio belga'. La reine complètera ce séjour éclair par une visite au projet 'SOS villages d'enfants', soutenu par les Diables rouges qui parrainent également une autre initiative carioca pour les personnes malvoyantes appelée 'Eyes for the world'.

Beaucoup de ferveur, un rien de patriotisme, un soupçon d'histoire et du temps pour les autres, voilà le cocktail d'un périple réussi!

Rédigé par Christophe Vachaudez